samedi 13 mars 2010

DEBOUT

"La vie est un travail
qu'il faut faire debout."
.
Alain

14 commentaires:

  1. J'attends la suite, la vie un combat, tomber, se relever, l'instinct de survie mais surtout, pour moi, essayer de trouver un plaisir dans toute les situations.

    RépondreSupprimer
  2. La suite...je n'en ai aucune idée, Roland...si tu veux m'aider, super ! :-)

    Le "plaisir" comme but de la vie ?
    Je suis sceptique...être attentif aux petits "clins d'oeil" de la vie , oui...
    Ne pas se braquer contre ce qui nous arrive, oui...Positiver, oui...
    Mais chercher le plaisir...sans autre "ligne directrice", c'est se retrouver rapidement "en errance", non ?

    RépondreSupprimer
  3. et ne pas désespérer si tu pars tordu!! :-)

    RépondreSupprimer
  4. Un exemple de plaisir que tu pourrais certainement appeler d'un autre nom :
    "je dois accomplir une tâche déplaisante ou physiquement difficile pour le corps pour différentes raisons, j'essaie d'être attentif à mon travail mais aussi à mon environnement, il m'arrive de faire la vaisselle manuellement ; j'en profite pour écouter une émission culturelle ou musicale,
    je rentre du bois pour la cheminée avec le mal au ventre comme ce matin et, j'ai plaisir à écouter le concert de la grive musicienne, j'ai accompagné un membre de la famille en fin de vie et malgré la peine j'ai partagé de merveilleux souvenirs...pas le plaisir pour but mais avoir envie de trouver une petite joie pour compenser les épreuves de la vie.

    RépondreSupprimer
  5. Alain n'a pas connu parmi ses intimes, d'essayeur de matelas. Bon, blague à part, là il n'est pas brillant, comparer la vie à un travail, non, sûrement pas. En paraphrasant Molière je dirai qu'il faut travailler pour vivre et non pas vivre pour travailler. La vie c'est à prendre ou à laisser : prendre sa vie à bras le corps ou se laisser vivre. Vivre à en mourir plutôt que de mourir d'ennui !

    RépondreSupprimer
  6. Roland,
    merci pour ta réponse.
    Le mot "plaisir" était équivoque, mais celui de "petite joie" ne l'est pas du tout...
    Oui, oui, oui aux petites joies qui nous soutiennent au quotidien et dans les situations difficiles...

    RépondreSupprimer
  7. Flo:
    Oui, t'as vu comme il a bien "redressé" la situation, cet arbre ? Une "résilience "végétale ?

    RépondreSupprimer
  8. Olivier, si le mot "travail" te déplaît...remplace-le par "tâche" ou "évolution"...pour moi, les mots importants, dans cette phrase étaient
    "vie...debout".

    RépondreSupprimer
  9. Quelle belle photo!Et qui fait jaser....
    Cet arbre a bien travaillé en se relevant grâce à un appui solide.Maintenant il pose et se repose durant la pause syndicale.

    RépondreSupprimer
  10. Oui, ça "jase", comme on dit chez toi...

    Pas banale la croissance de cet arbre !
    On peut en penser ce qu'on veut...
    Mais, moi, en le regardant , je ne peux pas m'empêcher de penser qu'il n'aurait jamais dû aller chercher un appui si loin de sa base ...et que sa direction naturelle, c'était de partir fièrement droit vers le ciel...
    Est-ce que "se courber" pour avoir le soutien d'un autre ...est une bonne idée ?

    RépondreSupprimer
  11. Je pense que la croissance étrange de cette arbre est peut-être due à la recherche de la lumière ou à un vent permanent qui le poussait contre le rocher.
    Ah, si seulement les arbres écrivaient leurs mémoires quelques part ailleurs que dans leur tronc!
    magnifique photo!

    RépondreSupprimer
  12. Ou peut-être est-ce une histoire d'amour entre un arbre et un rocher ?
    Qui sait ? :-)

    RépondreSupprimer
  13. c'est doux de voir cet arbre s'adosser ainsi , le mouvement est plein de désinvolture , comme un pied de nez aux convenances.

    RépondreSupprimer
  14. Un peu désinvolte, en effet...un peu comme quand on s'appuie d'un bout de fesse sur le rebord d'un mur, jambes étendues devant...
    Cela prend d'ailleurs tout son "sel" quand on sait où est prise la photo: juste au-dessus du village de...Cucuron !

    RépondreSupprimer