samedi 15 février 2014

DEFI

photo personnelle

La vie est un défi, 
pas une tragédie.
.
Elisabeth Kübler-Ross
.

16 commentaires:

  1. Le Littré nous apprend que le mot Tragédie vient du latin tragicus, venant lui-même du grec tragos, bouc, parce qu'un bouc fut le prix (attribué) des premiers chœurs tragiques dans l'Attique.

    Or, assez curieusement, l’hexagramme 34 du Yi King nous invite à nous défaire du bouc en développant la force intérieure*, développement qui contribue sans doute à ne plus envisager la vie comme une tragédie, mais à l’envisager peut-être comme une aventure, c’est à dire à l’envisager comme ce qui advient à celui ou à celle qui vit...

    « 34. Ta Chouang / La Puissance du Grand

    L'Image
    Le tonnerre est haut dans le ciel :
    Image de LA PUISSANCE DU GRAND.
    Ainsi l'homme noble ne marche pas dans des chemins qui ne sont pas conformes à l'ordre.
    Le tonnerre, la force électrique, s'élève au commencement de l'année. Ce mouvement est accordé à celui du ciel. C'est donc un mouvement en harmonie avec celui du ciel qui produit la grande puissance. Mais la vraie grandeur repose sur l'accord avec ce qui est juste. C'est pourquoi l'homme noble évite, en temps de grande puissance, de faire quelque chose qui ne soit pas en harmonie avec l'ordre.

    Cinquième trait
    Six à la cinquième place signifie :
    Il perd le bouc avec facilité.
    Pas de blâme.
    Le bouc se caractérise par la robustesse extérieure alliée à la faiblesse intérieure. Dans la situation présente tout est parfaitement aisé; il n'existe plus aucune résistance. On peut alors se défaire de la nature belliqueuse semblable à celle du bouc et l'on n'aura pas à rougir. »
    Voir ici : http://wengu.tartarie.com/wg/wengu.php?l=Yijing&no=34&lang=fr

    Amezeg :-)

    * Et à marcher dans des chemins conformes à l’ordre cosmique ou voie duTao.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amezeg, je dois avouer qu'en postant cette photo et cette phrase, je ne m'attendais pas à un commentaire sur...le bouc !
      Mais bon...tout arrive...et ce n'est pas une tragédie... ;-)
      Ne fonçons donc pas "cornes en avant"...ne soyons pas "puants", restons justes et modérés...et ça devrait aller.

      La citation ci-dessus venait d'Elisabeth Kûbler-Ross qui a beaucoup côtoyé la mort et qui, pourtant, gardait une vision optimiste de la vie. Elle a écrit "La mort, porte de la vie"...
      Elle apporté de l'espoir à beaucoup...même si , toute sa vie, elle resta une suissesse...combative et têtue ! :-)

      Supprimer
    2. Tiens, par curiosité, je viens de tirer le Yi-King...et j'ai obtenu le 11 (sans traits mutables).

      Supprimer
  2. A beautiful moment caught.

    RépondreSupprimer
  3. J’imagine qu’Élisabeth Kubler-Ross avait développé sa force intérieure et appris à "catcher" le moment, à en percevoir la beauté et la paix intrinsèques. Le défi est peut-être celui de la transmutation de l’opposition à ce qui advient en adhésion à ce qui advient...
    « Catch as catch can » (attrape comme tu peux), était-il dit, si j’ai bonne mémoire, dans un rêve cité et étudié par Étienne Perrot dans l’un de ses ouvrages. Ne nous faut-il pas, de notre mieux, prendre la vie telle qu’elle se présente à nous, d’instant en instant ? Cette soumission à "ce qui est " est aussi la réconciliation en nous-mêmes des opposés et la naissance d’une certaine paix que ces opposés ne troublent plus totalement.

    Yi King - 11. Tai/ La Paix
    Neuf à la troisième place signifie
    « Tant que l'être intérieur demeure plus fort et plus riche que le bonheur extérieur, tant que nous restons intérieurement supérieurs au destin, le bonheur nous demeure fidèle. »
    Voir ici : http://wengu.tartarie.com/wg/wengu.php?lang=fr&l=Yijing&no=11

    Amezeg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "la transmutation de l’opposition à ce qui advient en adhésion à ce qui advient...": oui, ça me parle beaucoup...Amezeg. J'ai pas mal travaillé là-dessus depuis deux ans...prendre ce qui vient, à chaque instant...et quand ça paraît diffcile ou négatif, y voir non un malheur mais un opportunité. Un défi, quoi ! Un défi qui va nous permettre de progresser.
      C'est une attitude intérieure...et pour l'avoir appliquée ces derniers temps, je peux dire que ça change le rapport à la vie...ça apporte effectivement une certaine paix.
      Je te souhaite un dimanche "paisible".

      Supprimer
  4. Belle photo de la symbolique herbe de la pampa.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...sauf que là où je suis, y fait un peu moins chaud que dans la pampa...(voir photos d'hiver, un peu avant). :-)

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup cette série de photos et les phrases qui les accompagnent. Merci pour cette belle méditation que tu nous offres là !
    Beau dimanche.

    RépondreSupprimer
  6. Très belle journée à toi aussi, Naline.
    J'aime beaucoup ton blog, aussi, tu le sais.

    RépondreSupprimer
  7. Voilà une façon d'envisager l'existence positivement. De toutes façon les épreuves( si la leçon est bien comprise) sont là pour nous faire avancer en cassant les habitudes mentales.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui...elles nous forcent à quitter nos "habitudes", quelles qu'elles soient...et à aller plus loin.
      Excellent dimanche à toi, Daniel !

      Supprimer
  8. Un paisible dimanche à toi aussi... et que rien ne puisse te faire devenir chèvre en ce jour, ô La Licorne... ! Par la foi (latin : FIDE) donnée à la Vie qui advient d’instant en instant.

    Amezeg

    RépondreSupprimer
  9. Après avoir lu les commentaires, je souris car je suis du signe du BELIER et CHEVRE chez les chinois. Mais je retiens la phrase suivante : « Tant que l'être intérieur demeure plus fort et plus riche que le bonheur extérieur, tant que nous restons intérieurement supérieurs au destin, le bonheur nous demeure fidèle. » qui me correspond tout à fait. Comme ces jolies herbes, on plie parfois mais ne rompt jamais.

    RépondreSupprimer
  10. il faut essayer de ne pas la rendre tragique la vie

    RépondreSupprimer