lundi 5 septembre 2011

CANARD OU CYGNE ?

photo personnelle

...or, voilà que l'image reflétée par l'eau
était celle d'un cygne à la superbe parure :
plumage de neige, oeil sombre et tout.
Au début, le vilain petit canard ne se reconnut pas,
car il ressemblait aux superbes étrangers
qu'il avait admirés de loin.
Il se révéla qu'il était bien l'un des leurs.
Son oeuf avait roulé accidentellement
au milieu d'une famille de canards.
Il était un cygne, un cygne majestueux.
.
"Le vilain petit canard"
Conte d'Andersen
.

5 commentaires:

  1. J'ai lu ton article le 5 ou 6 septembre, et puis le 8, j'ai commencé la lecture du livre de Boris Cyrulnik "Les vilains petits canard" qui débute par ceci: "Il se dirigea alors vers eux la tête basse, pour leur montrer qu'il était prêt à mourir. C'est alors qu'il vit son reflet dans l'eau: le vilain petit canard s'était métamorphosé en un superbe cygne blanc...". Petit clin d'oeil de la vie, rencontre d'esprits! On se sent "vilain petit canard" quand on regarde son ombre en face, mais c'est la seule façon de grandir et de devenir soi-même. Merci La Licorne!

    RépondreSupprimer
  2. La vie commence fort mal pour certains...qui se sentent inadaptés et persécutés...mais s'ils ont le courage de traverser les épreuves et la solitude (l'hiver dans le conte), la vie peut leur réserver de merveilleuses surprises (résilience).

    Oui, c'est une belle coïncidence, Michelaise, que tu commences ce livre maintenant...

    Si tu as le temps, je te conseille aussi "Femmes qui courent avec les loups" : C. Pinkola estes y fait une remarquable analyse de ce conte universel...un conte qui peut se lire à "plein de niveaux" différents !

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour la suggestion!
    Michelle

    RépondreSupprimer
  4. Clarissa Pinkola Estes est à la fois conteuse et psychanalyste junguienne...si tu ne connais pas ce livre, Michelle, il faut te précipiter dessus !
    C'est une pure merveille...

    RépondreSupprimer
  5. Au fait, je vois que je t'avais appelée "Michelaise" dans le commentaire précédent...désolée, MICHELLE...

    RépondreSupprimer