mardi 31 mai 2011

PEINDRE DANS UN CRI

...Théo dans Arles la Romaine
J’ai bu des soleils bleus à m’en crever les yeux
Et le jaune des chaumes plus brûlants que l’été
Le vert de l’olivier qui se tord en besogne
Le rouge du couchant à la pulpe orangée
Et j’entrais dans ce spectre tout prêt à m’y noyer
.
Ces couleurs irisées qui passaient par ma gorge
Eclataient sur ma toile en tournant sans arrêt
Théo dis leur que je ne suis pas fou
Mais j’ai pour la couleur cet amour qui m’inonde
Je la cherche la nuit et sors pour la traquer
Sur mon chapeau de paille j’ai placé des bougies
Et j’ai peint cette place dans un ton très bleui
.
Théo j’hallucine ou je rêve
La lumière est entrée et n’en peut plus sortir
Les vitraux de mon cœur s’éclairent de facettes
Et chacune rayonne d’infinis coloris
Peindre peindre peindre accentuer la ligne
L’expression de la vie fulgurante tragique
C’est peindre dans un cri et c’est voir dans l’oblique
.
Théo envoie-moi quelques francs tu sais que je ne vends
Pas une seule toile...
.
.

4 commentaires:

  1. Obsession ... jusqu'à la folie pour les uns, jusqu'au suicide pour les autres, jusqu'à l'épuisement aussi. Dure la vie d'artiste !

    RépondreSupprimer
  2. Obsession...oui, d'une certaine façon...
    Mais c'est l'obsession d'une âme qui cherche l'essentiel et qui ne peut s'en passer...
    La désespérance et le suicide venant souvent du manque total de compréhension de l'entourage, qui, lui, ne "voit" pas ce qui "obsède" l'artiste...
    Enfin, c'est ma façon de voir...:-)
    Je dois avouer que j'ai une certaine tendresse pour les "fous" du genre de Van Gogh !

    RépondreSupprimer
  3. Un diamant ce Van Gogh, à mille facettes, reflétant et offrant la lumière de son soleil, de ses étoiles... sa Lumière très simplement...

    J'apprécie beaucoup votre blog.

    RépondreSupprimer
  4. Merci.

    Oui, un diamant...mais qui n'a été vu comme tel qu'après sa mort...
    Sur le moment, personne n'a vu la rareté de ce talent "à l'état brut"...

    RépondreSupprimer