mardi 11 janvier 2011

A L'AUBE D'UN MILLENAIRE

image trouvée ici
Il y a les débuts d'année...
et puis il y a d'autres commencements...
En 2000, nous étions...(et nous sommes toujours)
à l'aube d'un nouveau millénaire...
Date symbolique qui fut très attendue
(ah, que de fantasmes à propos de cet an 2000 !)
et passage qui fut grandement fêté ...
quoique de façon assez surprenante...
Souvenez-vous : en France, la tempête de fin 1999
nous avait privés d'électricité...
et pour beaucoup, nous avons passé ce "cap" futuriste...
éclairés à la bougie, comme nos ancêtres ! :-)
.
image trouvée ici
.
P-S: La date d'aujourd'hui est très intéressante : 11/1/11
Que des 1 ! En rapport avec ce qui "débute" ?
.

3 commentaires:

  1. Ce qui me gêne un peu avec ces recherches de symbolisme des chiffres des dates, c'est que ces chiffres sont une convention, et ne signifient rien. En occident nous sommes en l'an 2000 parce que le christ est sensé être né en l'an 1, ce qui n'est même pas vrai d'ailleurs; mais les chinois ont une autre date, les musulmans une autre et les juifs encore une autre... et qu'en est-il de ces civilisations qui remettent le temps au début à chaque fin d'année ou de cycle de leur histoire? Donc le 1 /1/11, c'est quand même une pure convention, valable seulement en occident. Que ce soit pour l'année ou pour le millénaire.

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai, Marie-Claire...mes derniers mots étaient d'ailleurs juste "un clin d'oeil"...je n'attache pas une importance démesurée à la date d'aujourd'hui ! :-)

    Ceci dit, ceux qui s'intéressent au symbolisme des nombres (numérologie, par exemple) utilisent les dates "conventionnelles" ...Après tout, c'est dans cette "convention" que nous vivons et c'est cette "convention" qui nous touche et qui nous parle...
    Que ce soit celle des dates, des mots (chaque langue diffère) ou des traditions...

    RépondreSupprimer
  3. Oui c'est vrai. Mais alors il faut faire bien attention de ne pas généraliser notre convention à nous à celles du reste du monde.
    Ou alors voir cela comme des grands cercles plus ou moins concentriques, ou au moins imbriqués, et qui tourneraient à des vitesses différentes... bien malin celui qui pourrait dire quelle est la "loi", ou le "rapport" qui les met en relation... ça va surement nous ramener aux pythagoriciens, ou aux néo-platoniciens ça...

    RépondreSupprimer