lundi 20 octobre 2014

L'ATTENTION...QUI FAIT L'UNIVERS...




À chaque instant je connais du monde
 juste ce que je mérite d’en connaître.
 La mesure de ma connaissance est celle de mon désir,
 de mon attention…

L’attention seule commande :
c’est elle qui fait l’univers.

Un être humain entièrement attentif 
connaîtrait entièrement l’univers.

Les sages qui font de la sérénité
 une condition de toute connaissance ont bien raison, 
car la paix intérieure nous met en disposition attentive. 
Rien ne disperse davantage que l’inquiétude et le doute, 
à moins que le doute ne soit méthodique, 
se réduisant alors à une prudence de l’esprit .
(…)

Dans la perception d'un être humain attentif,
la réalité se livre : 
des pans entiers se détachent
 sous la seule pression de la main, 
sous un seul regard. 
Mais la main n’est alors, et le regard n’est lui-même
qu’un instrument.
 C’est toujours au-dedans de nous
 que la connaissance a lieu,
 c’est-à-dire dans cet endroit 
où nous sommes reliés à toutes choses créées. 
(…)

La paix intérieure, c’est cela, et c’est cela l’attention :
c’est un état de communication universelle,
un état de réunion…

Or, nous passons le meilleur de notre vie à diviser.
 Nous sommes en brouille,
 en contestation avec toutes choses, 
et d’abord avec nous-mêmes.
 Ce n’est pas seulement une révolte vaine,
c’est une folie coûteuse.
.
Jacques Lusseyran
.

dimanche 19 octobre 2014

DE LA BOUCHE D'UN ENFANT...



Merci à Acouphène
de m'avoir fait découvrir cette vidéo...incroyable.
.


PASSERELLES

image ici

Dans la tradition de la Perse ancienne,
 on dit des enfants qu'ils sont des passerelles 
entre les hommes et les dieux.
.
Christiane Singer
(vidéo)
.

samedi 18 octobre 2014

LORSQUE L'ENFANT ETAIT ENFANT...

images ici

Lorsque l’enfant était enfant,
Il marchait les bras ballants,
Il voulait que le ruisseau soit rivière
Et la rivière, fleuve,
Que cette flaque soit la mer.

Lorsque l’enfant était enfant,
Il ne savait pas qu’il était enfant,
Tout pour lui avait une âme
Et toutes les âmes étaient une.

Lorsque l’enfant était enfant,
Il n’avait d’opinion sur rien,
Il n’avait pas d’habitudes.
Il s’asseyait souvent en tailleur,
Démarrait en courant,
Avait une mèche rebelle,
Et ne faisait pas de mines
quand on le photographiait.



Lorsque l’enfant était enfant,
ce fut le temps des questions suivantes :

Pourquoi suis-je moi et pourquoi pas toi ?
Pourquoi suis-je ici et pourquoi … pas là ?
Quand commence le temps et où finit l’espace ?
La vie sous le soleil n’est pas qu’un rêve ?
Ce que je vois, entends et sens, n’est-ce pas…
simplement l’apparence d’un monde devant le monde ?

Le mal existe t-il vraiment ?
Y a-t-il des gens qui sont vraiment mauvais ?
Comment se fait-il que moi qui suis moi,
 avant de le devenir je ne l’étais pas,
 et qu’un jour moi…qui suis moi,
je ne serai plus ce moi que je suis ?

Lorsque l’enfant était enfant,
Les pommes et le pain suffisaient à le nourrir,
Et il en est toujours ainsi.
Lorsque l’enfant était enfant,
Les baies tombaient dans sa main
comme seules tombent des baies,
Les noix fraîches lui irritaient la langue,
Et c’est toujours ainsi.

Sur chaque montagne,
il avait le désir d’une montagne encore plus haute,
Et dans chaque ville, le désir d’une ville plus grande encore,
Et il en est toujours ainsi.
.
Peter Handke
.


Texte d'introduction du film
"Les ailes du désir"
("Der Himmel über Berlin")

de Wim Wenders
(vidéo sous le lien)
.


DON

image ici

Les enfants en bas âge prennent toutes les forces
 de ceux qui s'occupent d'eux et,
 en un millième de seconde,
 par la grâce d'un mot ou d'un rire,
 ils donnent infiniment plus
que tout ce qu'ils avaient pris.
.
Christian Bobin
.

vendredi 17 octobre 2014

ENFANTS

photos ici


Enfants 
Vous m'avez
Tant appris

J'ai tant
Apprécié
L'infini

Chantant 
Sans arrêt
Dans vos vies




Voyant
S'étoiler
Vos envies

Sentant
Le secret
Qui s'enfuit




Le temps
Me paraît
Sans merci
...


Enfants
Vous louez 
La vraie vie



.
La Licorne
(1993)
.

CHUTE

image ici

Les feuilles tombent, tombent comme des lointains
comme si aux cieux dans des jardins éloignés,
tout flétrissait...
elles tombent en gestes de refus.
Et dans les nuits la lourde terre tombe
depuis toutes les étoiles
dans la solitude.
Nous tous nous tombons.
Cette main là tombe et vois les autres aussi :
cela est en elles toutes
et pourtant il est quelqu’un,
qui retient toute cette chute
dans ses mains
avec une douceur infinie.
.
.

VIVANT

image ici

Savoir qu'on est vivant est tout savoir...
.
Christian Bobin
.

jeudi 16 octobre 2014

RARETE

image ici

Rencontrer quelqu'un, le rencontrer vraiment - 
et non simplement bavarder
 -comme si personne ne devait mourir un jour -, 
est une chose infiniment rare.
.
Christian Bobin
.

CE SOIR MON COEUR

image ici

Ce soir mon cœur fait chanter
des anges qui se souviennent...
Une voix presque mienne,
par trop de silence tentée,
monte et se décide...
à ne plus revenir.
Tendre et intrépide, 
...à quoi va-t-elle s'unir ?
.
.


dimanche 21 septembre 2014

PARENTHESE D'AUTOMNE


Je vais avoir besoin de temps
pour vaquer à d'autres occupations...

Fabulo est donc en pause...
jusqu'à nouvel ordre...

A plus !
.

image ici

Quelque part, 
se tenir
précisément
tendrement
immobile...
Epousant
les courbes 
de l'invisible infini fiancé.

Etre dansé par le Souffle,
Inspiré par le Vent.

Le fond de l'Etre est doux...
.
Jean Yves Leloup
.

MOINS DE CERVEAU PLUS DE COEUR




Ou comment ne plus être prisonnier de son mental
et retrouver sa sagesse intuitive...
et son "coeur"
en utilisant ses deux "hémisphères"...
gauche...et droit !
.
une vidéo que je vous recommande !
.

samedi 20 septembre 2014

ETRE NOUVEAU



Incarner l’utopie, c’est avant tout témoigner
 qu’un être différent est à construire, 
un être de conscience et de compassion, 
un être qui, avec son intelligence,
 son imagination et ses mains
rende hommage à la vie 
dont il est l’expression la plus élaborée,
 la plus subtile et la plus responsable.
.
Pierre Rabhi
.

vendredi 19 septembre 2014

CONTINUEZ DE CROIRE...



Continuez de croire que,
grâce à vos sentiments et à vos actes,
vous participez aux desseins les plus nobles.

Mieux vous entretiendrez en vous cette flamme,
plus la réalité et le monde en tireront profit
pour aller de l'avant.
.
.

MONDE FRACTAL , EFFET PAPILLON

image ici

Dans cet enregistrement, Bruno Marion, 
consultant interculturel, essayiste, 
coauteur du livre “Prospective d’un monde en mutation”,
 décrit sous quels aspects notre monde 
devient de plus en plus fractal,  chaotique,
ou de moins en moins linéaire, prédictible.

(…)

Il faut choisir si l’on veut subir ou utiliser
cette fractalisation du monde.

Dans un environnement de plus en plus complexe,
 la théorie du chaos postule qu’une infime modification 
des conditions initiales d’un processus
 rend celui-ci totalement imprédictible sur la durée.

Ainsi, conclut Bruno Marion, à l’instar du papillon 
qui déclenche un cyclone sur un autre continent,
 chacun détient le potentiel d’être à l’origine 
d’un changement radical de l’univers qu’il habite ...
.
Texte ici
.

Etre spirituel,
c'est voir la totalité dans le particulier.
.
Vimala Thakar
.

jeudi 18 septembre 2014

APPROCHE HOLISTIQUE



Nous sommes tous liés les uns aux autres.
Jean Baker Miller désigne cette réalité
 par le terme d' "affinité".
Jessie Bernard l'appelle
"le génie féminin de l'amour et du devoir".
Jésus , Gandhi et d'autres leaders spitrituels
la nommaient simplement "amour".

Toujours est-il qu'elle est aussi devenue
l'objet d'une science.
Fait unique dans les annales de l'histoire, 
cette "nouvelle science"
 - dont la théorie dite du "chaos"  et la recherche féministe 
sont des branches à part entière -
 étudie davantage les rapports que les hiérarchies.

Comme l'a écrit le physicien Fritjof Capra,
cette approche plus holistique rompt radicalement
 avec une grande partie de la science occidentale 
et son approche hiérarchisée, hypercloisonnée
 et souvent mécaniste.

Il s'agit, à bien des égards,
d'une approche plus "féminine", 
au sens où l'on dit
que les femmes pensent de façon plus intuitive ;
 elles tendent à raisonner et à tirer des conclusions
à partir d'une totalité d'impressions simultanées
 plutôt qu'au terme d'une succession d'opérations logiques.
.
Riane Eisler
.

mercredi 17 septembre 2014

LE PROBLEME



Nous sommes confrontés à un effondrement
 de l'ordre social en général  et des valeurs humaines
 qui menacent la stabilité dans le monde entier.

 Les connaissances actuelles ne peuvent relever ce défi.
 Quelque chose de beaucoup plus profond est nécessaire, 
une approche totalement nouvelle.

Je suggère que le moyen même
 par lequel nous essayons de résoudre nos problèmes
 est le problème.

La source de nos problèmes est
dans la structure même de la pensée
Cela peut sembler étrange,
parce que notre culture se targue 
de ce que la pensée est sa plus grande réalisation .
.
David Bohm
.

mardi 16 septembre 2014

LES FEMMES AVENIR DE LA TERRE

image ici

Lorsque l’avenir est déterminé par des hommes, 
cela veut dire que les décisions et les actions
 qui affectent la planète,  sa population
et toute vie sur Terre sont prises et entreprises
 par celui des deux sexes qui méconnaît 
ou ne prend pas en compte les sentiments, 
le vécu et les souffrances des autres.

Tant que les femmes ne participent pas
 à ce qui se joue dans le monde, 
des informations et des préoccupations essentielles
 feront défaut.
 Les femmes aspirent à un monde
où les enfants sont en sécurité,
 un monde où elles ne vivent pas elles-mêmes dans la peur.
Ce monde-là n’existera qu’à condition que les femmes
 – le genre féminin – prennent une part active aux décisions
 qui concernent l’avenir de la Terre et de tout ce qui y vit,
 et qu’elles deviennent des partenaires de plein droit
dans ces affaires.

dimanche 14 septembre 2014

L'EXIL DU FEMININ



[...]
le Féminin sera le dernier recours
 pour une profonde mutation de notre société. - 
.
Pierre Rabhi
"Conscience et environnement"
.

Les éléments masculins sont l’action,  la pensée rationnelle,
l’audace, la compétition, jusqu’à l’agressivité ;
 les éléments féminins sont la pensée intuitive,
la patience, l’amour, l’empathie.
 Ces deux pôles doivent être équilibrés et unis
 pour que l’être atteigne l’épanouissement.

Depuis des siècles, la société occidentale favorise
 traditionnellement le côté masculin
 et valorise de façon excessive l’action,
 la compétition, la pensée rationnelle…
 Les occidentaux ont généralement du mal
 à réconcilier les contraires
 - lumière et obscurité, bien et mal, gain et perte -,
 et sont également mal à l’aise
 vis-à-vis de la bi-polarité masculin/féminin en eux.

Les sagesses orientales au contraire sont basées
 sur le principe de la polarité des contraires :
 les opposés sont différents aspects du même phénomène.

Aujourd’hui, le principe féminin est de plus en plus exilé 
d’un monde dominé par la violence, l’agressivité,
la colère, l’égoïsme,
 la conquête et la destruction de la Nature
(Mère Nature…)

Le traitement fait aux femmes,
 au cours de l’histoire jusqu’à aujourd’hui,
illustre également ce déséquilibre.
 Les hommes sont encore réticents à comprendre,
 accepter et reconnaître  comme il convient
les femmes et l’aspect féminin de la vie.
 La place faite aux femmes et les entraves
 que leur ont imposées les hommes
dans de nombreuses sociétés 
traduisent cette incompréhension.

Souvent, les hommes se considèrent
 comme supérieurs aux femmes
 à la fois physiquement et intellectuellement, 
et même dans les pays matériellement développés,
 les femmes sont le plus souvent refoulées au second plan
 lorsqu’il s’agit de partager le pouvoir politique.

Ainsi, dans notre monde, les femmes,
et aussi l’aspect féminin contenu en tout homme, 
ont été entravées : 
les hommes, tout autant que les femmes, en souffrent.
.
Brahmacharini BHAKTI
"Féminin et masculin"

NOTRE VOCATION

image ici

Il nous faudra bien répondre à notre véritable vocation,
qui n’est pas de produire et de consommer sans fin,
 mais d’aimer, d’admirer et de prendre soin de la vie 
sous toutes ses formes.
.
Pierre Rabhi
.

samedi 13 septembre 2014

MANQUE


image comète Mac Naught

Dans le monde tout va ensemble, sauf l'amour.
 Il ne va avec rien. Il n'est nulle part.
 Il manque.

Il manque comme manque le pain
dans les périodes de guerre,
comme le souffle dans la gorge des mourants.
Il manque comme le temps dans les jeux de l'enfance.

C'est qu'il faut du temps pour aimer,
tellement de temps que le temps ne suffit pas
à répondre aux besoins de l’amour en nous,
aux demandes en nous de la voix, du sang,
du sang lacté dans la voix firmament.

 La comète de l’amour ne frôle notre coeur
qu’une fois par éternité.
Il faut veiller pour la voir.
.
Christian Bobin
.


vendredi 12 septembre 2014

SANS AMOUR



Sans amour, vous aurez beau faire 
- courir après tous les dieux de la terre, 
prendre part à toutes les activités sociales, 
tenter de remédier à la pauvreté, 
entrer en politique, 
écrire des livres, écrire des poèmes 
- vous ne serez qu'un être mort.

Sans amour, vos problèmes iront croissant 
et se multipliant à l'infini,
 mais avec l'amour,
quoique vous fassiez, il n'y a plus de risque,
 il n'y a plus de conflit.

 L'amour alors, est l’essence de la vertu.

Krishnamurti


jeudi 11 septembre 2014

CEUX QUI VOIENT



L homme ignore ce qui se passe. 
C'est même sa fonction, à l'homme,
de ne rien voir de l'invisible.

Ceux parmi les hommes qui voient quand même,
 ils en deviennent un peu étranges.
 Mystiques, poètes ou bien rien.
 Etranges.
Déchus de leur condition.

 Ils deviennent comme des femmes :
 voués à l'amour infini.
.
Christian Bobin
"La part manquante"
.

mercredi 10 septembre 2014

LUMIERE

image ici

A présent parle-moi de toi même ;
Combien de temps parleras-tu
De ce qui concerne celui-ci ou celui-là ?
Que possèdes-tu réellement
Et qu'as-tu gagné dans cette vie ?
Quelles perles as-tu retirées
Des profondeurs de la mer ?

Le jour de la mort
Ta perception sensorielle disparaîtra :
As-tu la lumière spirituelle,
Qui devrait être le compagnon de ton coeur ?
Quand la poussière remplira tes yeux dans la tombe,
Posséderas-tu ce qui rend la tombe resplendissante ?
.
Rûmi
.


mardi 9 septembre 2014

IGNORANCE

image ici

Les gens sont des miracles qui s'ignorent.
.
Christian Bobin
.

lundi 8 septembre 2014

OUBLI

image ici

La terre se couvre d'une nouvelle race d'hommes
 à la fois instruits et analphabètes,
maîtrisant les ordinateurs
et ne comprenant plus rien aux âmes,
oubliant même ce qu'un tel mot a pu jadis désigner.
.
Christian Bobin
"Ressusciter"
.

dimanche 7 septembre 2014

TRAVAIL

image ici

Je vois le vide qu' il y a entre les hommes,
 plus grand que celui qui sépare
une étoile d' une autre étoile.
Chacun travaille, travaille, travaille à son sombre intérêt 
et ceux qui n'y travaillent pas sont broyés.
.
On a inventé le travail salarié
 pour ne pas penser à ce qui fait souffrir,
 pour qu'il y ait, revenant tous les jours,
ces heures où ne pas penser à soi,
à la solitude,  à Dieu, à l'autre,
pour ne pas penser
à tout ce qu'on devine insoluble, déchirant.
.
Christian Bobin
.
.


samedi 6 septembre 2014

LA VILLE

image ici

La ville n'est pas faite pour l'être humain
mais pour tout ce qui roule :
les voitures et les pièces de monnaie.
.
Paul Degryse
"Le dit des chamanes"
.

vendredi 5 septembre 2014

IL FAUT VOIR COMME ON NOUS PARLE



Il y a une tristesse dans le monde, 
jamais aussi éclatante que dans l'euphorie des vitrines : 
toutes ces choses qu'on nous presse d'acheter
 viennent en remplacement d'une seule
qui est absente et ne coûte rien.
.
Christian Bobin
"Prisonnier au berceau"
.

jeudi 4 septembre 2014

EXIGENCE

image ici

Tu avais en toi une image de la vie,
 une croyance, une exigence,
tu étais prêt à des exploits, des souffrances,
 des sacrifices;

et puis, peu à peu, tu remarquas
 que le monde n'exigeait de toi
aucun exploit et aucun sacrifice,
que la vie n'est pas une épopée héroïque
 avec des rôles en vedette,
mais une cuisine bourgeoise,
où l'on se contente de boire et de manger,
de prendre un café, de tricoter des bas,
de jouer aux cartes et d'écouter la T.S.F.

Et celui qui veut et qui a en lui autre chose : 
l'héroïque, le beau, l'adoration des grands poètes,
la piété pour les saints,
n'est qu'un imbécile et un don Quichotte.
.
Hermann Hesse
"Le loup des steppes"
.

mercredi 3 septembre 2014

CONSOMMATION

image ici

En tant que consommateur, l'homme redevient solitaire,
ou cellulaire, tout au plus grégaire
(la T.V. en famille, le public de stade ou de cinéma, etc.)
 Les structures de consommation sont
à la fois très fluides et closes.

 Peut-on imaginer une coalition des automobilistes
contre la vignette ?
 Une contestation collective de la Télévision ?
Chacun des millions de téléspectateurs
peut être opposé à la publicité télévisée,
 celle-ci se fera pourtant.

C'est que la consommation est d'abord orchestrée
 comme un discours à soi-même, et tend à s'épuiser,
avec ses satisfactions et ses déceptions,
dans cet échange minimum.
L'objet de la consommation isole.
[...]


Jean Baudrillard
"La Société de consommation"
.

ISOLEMENT



A présent chacun aspire à séparer
sa personnalité des autres,
 chacun veut goûter lui-même la plénitude de la vie ; 
cependant, loin d’atteindre le but, 
tous les efforts humains n’aboutissent qu’à un suicide total, 
car, au lieu d’affirmer pleinement leur personnalité, 
ils tombent dans une solitude complète.

 En effet, en ce siècle, tous sont fractionnés en unités.
 Chacun s’isole dans son trou, s’écarte des autres, 
se cache, lui et son bien, 
s’éloigne de ses semblables et les éloigne de lui. 
Il amasse de la richesse tout seul,
 se félicite de sa puissance, de son opulence ;

 il ignore, l’insensé, que plus il amasse
 plus il s’enlise dans une impuissance fatale.
.
Partout le cerveau des hommes cesse aujourd’hui
ironiquement de comprendre
que la véritable garantie de la personne
réside non dans un effort personnel isolé,
mais dans la solidarité des hommes.
.
Dostoïevski
"Les frères Karamazov"
.

mardi 2 septembre 2014

RELIANCE

photo Yann Arthus-Bertrand -  image ici 

N'y a -t-il pas grand bonheur à savoir
que toutes les eaux de la terre sont reliées
 par le jeu subtil des infiltrations et des nappes ?

N'y-a-t-il pas grand bonheur à savoir que les vivants,
bêtes et gens, sont reliés par d'invisibles rhizomes :
une seule respiration pour tous sous le soleil.

Il n'y a que les sots qui ne veulent être que soi
et ne se réjouissent pas d'un si vaste lignage !
.

lundi 1 septembre 2014

LE SACRE

image ici

Le sacré est ce qui donne la vie et ce qui la ravit,
c'est la source d'où elle coule, 
l'estuaire où elle se perd.

Roger Caillois
"L'homme et le sacré"
.

GRANDIR



Que deviennent les choses que personne ne voit ?
 Elles grandissent.
 Tout ce qui grandit grandit dans l’invisible
 et prend, avec le temps, 
de plus en plus de force, 
de plus en plus de place.
.
Christian Bobin
"Geai"
.

dimanche 31 août 2014

SEULS MAIS NON SEPARES



Toi, moi : distincts, seuls,
mais non pas séparés.
Dans le soulagement de la fusion,
on nie la distinction, et cela sépare :
de soi d'abord, de l'autre par suite.

Mais au coeur de ta solitude et de ton silence
(ils sont frère et soeur),
tu rejoins le coeur de mon silence
et de ma solitude.

Parce que je suis, parce que tu es,
nous sommes.
.
Denis Marquet
.

CE QUI EST DIT

photo Edouard Boubat

Ce qui est vraiment dit, 
ce n'est jamais avec des mots que c'est dit.
 Et on l'entend quand même. 
Très bien.
.
Christian Bobin
"La femme à venir"
.

samedi 30 août 2014

LE SOURIRE...



Le sourire est la prière de chaque petite cellule,
de chacune,
 et elle monte jusqu’à la bouche. 
Le sourire élève au dessus de tout.
 C’est si simple ! 
Mais personne ne le connaît !
.
"Dialogues avec l'ange"
Entretien 35
.
image ici


Est-ce qu'un sourire peut changer le cours d'une vie ?
 Voilà une bonne question.
 La preuve :
elle continue de vivre bien après que l'on y a répondu, 
que cette réponse soit oui ou qu'elle soit non.
 Elle se moque de sa réponse.
 Elle file, vagabonde, musarde, bat des ailes
 - papillon de la question insoucieux du filet des réponses.

 Est-ce qu'un sourire, 
sachant qu'il ne dure jamais qu'un dixième de seconde, 
est assez solide pour y bâtir sa vie entière, 
des années et des années ?
 Pas de réponse, au diable les réponses, 
au diable les années et les années.
.
Christian Bobin
"Geai"
.

vendredi 29 août 2014

LA GRÂCE

image ici

La différence essentielle
 entre les grandes personnes et les enfants
 est que celles-là ne sourient
 que lorsqu’elles sont heureuses
 tandis que ceux-ci ne cessent de sourire
 que lorsqu’ils sont malheureux.

Cette différence s’appelle la grâce.
.
Gilbert Cesbron
"Une sentinelle attend l'aurore" 
.

UN SEUL

image ici

L'univers est un seul être.
Tout et tous sont liés par des cordes invisibles
en une conversation silencieuse.
La douleur d'un homme nous blessera tous.
La joie d'un homme fera sourire tout le monde.
.
Elif Shafak 
.

jeudi 28 août 2014

CHAQUE PENSEE

peinture murale de Popof

Il faut savoir que chaque sourire humain
mine les projets de la guerre.
Que chaque pensée constructive
diminue l'impact des forces destructrices.
Que chaque désir de paix atténue le feu des combats.

Mais aussi que chaque émotion négative
ouvre au contraire la porte à la destruction.
Nous qui vivons aujourd'hui n'assistons certainement pas
par hasard à toutes ces guerres :
chacun de nous est le guerrier responsable
de la grande balance historique.
.
Patrice Van Eersel 
"Le Cinquième Rêve"
.

mercredi 27 août 2014

ACCELERATEUR

image ici


Un accélérateur de particules est, bien entendu, visible
tandis qu’un accélérateur de conscience est invisible.
Mais leur but est le même : les très hautes énergies.
.
Basarab Nicolescu
"Théorèmes poétiques"
.


"DEMAIN"...



Un film en préparation...
Une initiative intéressante...
Des solutions à partager pour un meilleur avenir...
Ecoutez...et si ça vous dit, participez !
.
La Licorne
.

CHEMINS

image ici

Nous devons nous y habituer :
 aux plus importantes croisées des chemins de notre vie,
 il n'y a pas de signalisation.
.
Ernest Hemingway
.

mardi 26 août 2014

L'IMPOSSIBLE

photo personnelle

L’attente nous apprend que l’amour est impossible
et que, devant l’impossible,
 on ne peut ni réussir ni échouer, 
seulement maintenir le désir assez pur
 pour n’être défait par rien.
.
Christian Bobin
.

REFLET

photo personnelle

Aime-toi, le ciel t'aimera.
.
Claude Roy
.