samedi 20 décembre 2014

JEU DE NOËL (4)



Cette nuit-là, elle fit un rêve étrange,
 ou plutôt un cauchemar.
 Un bruit l’avait alertée.
 Elle était dans un espace sombre
dont les parois semblaient battre
au rythme de son cœur.
 Regardant autour d’elle, elle vit la boîte 
contenant la couronne royale.
 “Où suis-je ?” se demanda-t-elle. 
Elle remarqua alors qu’elle voyait aussi la couronne 
qui semblait luire d’une douce lumière
comme une braise dans un feu qui s’éteint. 
Un mouvement à la limite de son champ de vision
 lui fit tourner la tête. Elle fixa l’endroit sans rien voir. 
Elle reprit sa contemplation de la couronne, 
détaillant chaque décoration, chaque pierre
et jusqu’à ce curieux oiseau qui était au milieu.

De nouveau, elle eut l’impression de voir quelque chose, 
une forme, une silhouette
à la limite de sa vue sur la gauche.
 Tournant son regard vers ce qui bougeait, elle ne vit rien. 
Elle prit peur, sentant une présence qu’elle ne voyait pas.
 Elle essaya de se calmer.
 Elle allait se réveiller et tout allait rentrer dans l’ordre.
 C’est alors que prit naissance cette chose hideuse 
qui lui fit pousser un petit cri.
 Elle ne la voyait qu’à la condition
de ne pas la regarder en face.
 Si elle braquait son regard dessus, 
elle devinait avec peine une brume jaune sale.
Ce qu’elle apercevait lui rappela les arbres des marais,
sortes de totems chétifs couverts de lichens moussus
aux silhouettes torturées.


Son malaise augmenta devant cette magie
à l’oeuvre au sein même de sa tente.
 Une pensée lui vint, 
elle devait ouvrir la boîte qui contenait la couronne.
 Elle avança la main presque sans y penser. 
C’est en touchant le coffret
qu’elle prit conscience de ce qu’elle faisait.
 Elle fit un effort pour arrêter sa main 
qui déjà commençait à jouer avec la serrure.
 Ce coffre de voyage était en lui-même une protection 
contre tout ce qui pouvait atteindre
 la puissance qui y habitait.
Elle savait que seule l’union de son père et de la couronne
 pouvait résister aux êtres maléfiques.

Elle cria à nouveau, luttant avec elle-même
 pour retenir sa main 
qui semblait ne plus vouloir lui obéir.
En périphérie de son champ de vision
 la chose hideuse s’agitait comme habitée de convulsions.
 Moayanne connut la panique.
 Elle avait perdu le pouvoir sur son corps 
qui semblait ne plus lui obéir. 
C’était maintenant la deuxième main
 qui tentait de faire jouer la serrure. 
Elle banda ses forces pour résister mais rien n’y fit. 
Le premier verrou venait de jouer 
quand souffla le vent le plus glacial
qu’elle n’ait jamais connu.


Comme au pire de l’hiver, elle se mit à tant frissonner 
que ses mains ne purent continuer leur mouvement.
 À la seule lueur émanant de la couronne,
 elle vit l’hideuse créature se recroqueviller.
 Touchée de plein fouet par ce vent plus froid que la mort,
 la forme jaune sale convulsa une dernière fois
 avant de s’abattre par terre.
 Moayanne sentit alors la pression mentale la quitter brusquement.
 Elle put attraper un manteau pour couvrir son frêle vêtement de nuit.
 Elle parcourut la tente qui l’abritait 
pour voir d’où venait ce vent qui soufflait ainsi.
 Elle repéra sans peine la déchirure 
dans la paroi de sa tente par où il pénétrait. 
Et brusquement tout cessa.

Moayanne bondit de son lit. Le noir était absolu.
 Tout semblait calme. Un rêve ! 
Elle avait simplement cauchemardé tout cela. 
Demain le voyage reprendrait 
et son père pourrait régénérer sa puissance 
en faisant le rite de Bevaka.
 Elle souleva le pan de sa porte, dehors l’air était tiède.
 La pluie avait cessé. Un rayon de lune éclairait le paysage. 
Elle examina sa tente, tout était en ordre. 
Les verrous du coffret à leur place. Elle retourna se coucher.
 Elle avait rêvé, simplement un mauvais rêve. 
Une seule chose la dérangea, 
pourquoi faisait-il aussi froid dans sa tente ?
.
.

vendredi 19 décembre 2014

JEU DE NOËL (3)

image ici

Entrer dans ma nuit obscure,
Dans l’automne de ma joie, 
Dans l’hiver d’espoir transi,
Y découvrir le chemin d’une lumière de vie
et la magie de l’étoile me guidant vers ma naissance 
au mystère que je suis.
.
Amezeg
.

jeudi 18 décembre 2014

JEU DE NOEL (2)



Douce nuit d’hiver
Annonce de magique naissance
Lumière du monde
.
.

JEU DE NOEL (1)

photo de Maryse

Faut-il attendre l'hiver pour mettre sur la table,
des bougies allumées,  des mets raffinés
et des coupes de cristal 
emplies de lumière et de bulles dorées...?
  
Faut-il une naissance, une nuit étoilée, 
pour réunir les âmes sur les mots d'une histoire,
 par des hommes , inventée ?
Faut-il donner un nom, une identité, une religion,
 pour qu'opère la magie...

Faut-il chanter NOËL, pour que , 
durant quelques minutes, enfin,
 les hommes se prennent la main, 
et baissent leurs fusils ?!
.
Maryse
.

mardi 16 décembre 2014

JEU DE NOËL



En ces jours de fin décembre,
que j'imagine bien occupés, 
j'ose -quand même- vous proposer un petit jeu :

Il s'agira d'écrire un texte,
(fiction, poème, récit...ce que vous voulez)
comportant obligatoirement les mots suivants :
nuit, hiver, naissance, magie, lumière
(ou mots dérivés :
 nocturne, hivernal, naître, magique, lumineux...).

Vous pouvez , si vous le désirez,
proposer une image ou une photo
en illustration de votre texte.
Si vous ne le faites pas,
ce n'est pas grave,
je le ferai moi-même...

Envoyez le tout
à undeuxtrois4@orange.fr
ou laissez votre texte simplement ...
dans les commentaires.

Date limite : 24 décembre minuit...

Comme d'habitude, les textes seront publiés
au fur et à mesure de leur arrivée...

En attendant vos productions
que j'espère "imaginatives"...
Je vous souhaite une très bonne fin d'année
et beaucoup de joies familiales...
ou autres !
.
La Licorne
.
P-S : J'avais proposé un jeu similaire en 2011...
Cela peut éventuellement vous donner des idées...)
.


FORCE DE LA POESIE

photo personnelle

Oui, grande est la force de la poésie,
fille du ciel.
William Shakespeare

lundi 15 décembre 2014

CLARTE

photo personnelle

Ma vie ne vient à moi qu'en mon absence. 
Dans la clarté d'une pensée indifférente à mes pensées.
 Dans la pureté d'un regard indifférent à mes désirs.

 Ma vie fleurit loin de moi, à l'école buissonnière. 
Je m'en sépare en allant dans le monde.
 Je la rejoins en contemplant le ciel.
 Le ciel matériel, peint en bleu et en or. ..

 Les lumières qui y traînent sont des lettres d'amour.
Un amour sans appartenance. Sans avidité.
 Un amour qui ne vous demande rien - sinon d'être là.
 Qui vous donne l'éternel, en passant.
.
Christian Bobin
.


dimanche 14 décembre 2014

DEFINITION DE LA BEAUTE

photo personnelle

La beauté n'est pas le joli, elle est le vivant.
Est beau ce qui est vivant, ce qui jaillit de la vie,
ce qui honore la vie
.
Au coeur de notre quotidien, 
tout est sujet à émerveillement et à gratitude.
Faire l'expérience de la beauté nous agrandit,
ouvre notre coeur à la joie,
nous libère du mental et du négatif.
.
Brigitte Sénéca
.
(trouvé sur le blog de Naline)
.


samedi 13 décembre 2014

CE QUI EST

photo personnelle

L'intelligence est la capacité de percevoir l'essentiel, 
le « ce qui est ».
 Éveiller cette capacité en soi-même et chez les autres,
 c'est cela l'éducation. 
.
Krishnamurti 
« De l‘éducation »
.

vendredi 12 décembre 2014

DISTRACTION

photo personnelle

La beauté a puissance de résurrection.
 Il suffit de voir et d’entendre.
 C’est par distraction 
que nous n’entrons pas au paradis de notre vivant, 
uniquement par distraction.
.
Christian Bobin
.

jeudi 11 décembre 2014

PETIT FRERE DU SOLEIL

photo personnelle (prise ...en décembre !)

Vous avez plusieurs façons de voir le soleil. 
La voie scientifique vous met entre les mains 
des documents extrêmement nombreux,
 de plus en plus précis,
qu’il vous faudra plus qu’une vie pour lire.

Et puis, vous avez l’autre voie. 
Vous regardez autour de vous, vous voyez un pissenlit, 
et là, vous savez ce qu’il en est du soleil. 
Parce que la structure est la même.

 Le pissenlit, à mon sens, 
est comme un petit frère égaré du soleil.
 Il aime tellement son grand frère, 
qu’il s’est mis à lui ressembler.

 Dans l’infime, vous avez l’immense.
 La contemplation vous donne
 ce que l’information ne vous donnera jamais.
 La contemplation a besoin de s’appuyer
sur du très peu, du très simple.
.
.

mercredi 10 décembre 2014

BEAUTES

photo personnelle

Il faut sauver les beautés offertes 
et nous serons sauvés avec elles.

Pour cela il nous faut à l'instar des artistes 
nous mettre dans une posture d'accueil 
ou alors à l'instar des saints dans une posture de prière,
 ménager constamment en l'intérieur de nous
 un espace vide fait d'attente attentive,
 une ouverture faite d'empathie 
d'où nous serons en état
de ne plus négliger, de ne plus gaspiller,
mais de repérer ce qui advient 
d'inattendu et d'inespéré.
.
François Cheng
.


mardi 9 décembre 2014

JE SUIS

photo personnelle

Recherche le royaume de l'Amour
Car ce royaume te fera échapper à l'ange de la mort.

Je suis l'atome, je suis le globe du Soleil,

A l'atome, je dis : demeure.
Et au soleil : arrête-toi.

Je suis la lueur de l'aube,
je suis l'haleine du soir,

Je suis le murmure du bocage,
la masse ondoyante de la mer.

Je suis l'étincelle de la pierre,
L’œil d'or du métal

Je suis à la fois le nuage et la pluie,
J’ai arrosé la prairie.

Purifie-toi des attributs du moi,
Afin de pouvoir contempler ta propre essence pure.

Contemple dans ton propre cœur
Toutes les sciences des prophètes,

Sans livres, sans professeurs, sans maitres.
.
Rûmi
.

lundi 8 décembre 2014

CIEL

photo personnelle

Le ciel pour qui l'a vu une fois est sans rival.
.
 Christian Bobin
.

dimanche 7 décembre 2014

LA VRAIE RELIGION

photo personnelle

La vraie religion est 
 la culture de la liberté
dans la recherche de la vérité.
.
Krishnamurti
"De l'éducation"
.

PRES DE NOUS

photo personnelle

C' est ce qui est près de nous qui nous sauve,
 pas les grandes choses dont on rêve.
.
Christian Bobin
.

samedi 6 décembre 2014

DIEU

photo personnelle

Dieu, c'est ce que savent les enfants, pas les adultes.
Un adulte n'a pas de temps à perdre à nourrir les moineaux.
Christian Bobin
.


vendredi 5 décembre 2014

DUVET DE MOINEAU

image ici

Nos solidités, nos savoirs, nos volontés
 ne tiennent pas la route.
Tôt ou tard, elles cassent 
– d’autant plus facilement
 qu’elles sont crispées sur elles-mêmes.

Mais un duvet de moineau ou l’aigrette du pissenlit, 
ça ne se brise pas. 
C’est tellement léger 
que ça ne peut pas connaître cette mésaventure.
.
.

FRAGILITES

image ici

Apprenez à accueillir et à aimer vos fragilités.
 La faille de l'être, c'est la béance
 par laquelle la vie nous relie les uns aux autres
 par l'amour.

 Ne nous relions pas seulement aux autres 
par la synergie de nos forces et de nos dons,
 mais aussi, et surtout, par la complémentarité
de nos manques et de nos faiblesses.

La vie veut que nous ayons besoin les uns des autres
et que nous puissions nous soutenir dans l'amour.

L"Ame du monde a fait ainsi :
chaque être est doté d'un don
qui lui permet d'être un soutien
une consolation ou une lumière pour les autres ;
mais aussi d'une faille, d'une fêlure, d'une fragilité,
qui réclame l'aide d'autrui..
.
Frédéric Lenoir
"L'Ame du monde"
.
(citation trouvée chez Françoise :
merci à elle !)
.

jeudi 4 décembre 2014

SOIS L'ENFANT



Le passé n'existe pas, le futur n'existe pas,
Sois l'Enfant qui dans l'instant s'offre vierge à l'expérience,
Sois l'Enfant, maître de sa destinée,
Sois l'Enfant qui court devant le temps,
qui rêve d'univers,
qui se rêve créateur d'univers.
.
Vahé Zartarian
.


mercredi 3 décembre 2014

NI PORTE NI FENETRE



Ce sont nos représentations qui nous enferment.
 Nous vivons plus dans l’échafaudage
de nos représentations
 que dans la réalité objective.

 Le Réel, lui, n’a ni porte ni fenêtre, 
il est l’infini de l’infini des possibles...
.
Christiane Singer
.


mardi 2 décembre 2014

VIGILANCE GLOBALE



La vigilance n'est pas qu'un aspect lié à ce qu'on voit.
La lucidité de l'esprit n'est pas le seul facteur
composant la Vigilance, 
car en vérité, la Vigilance est globale.

Elle touche le corps physique, le corps énergétique,
 l'émotionnel et la pensée.

Lorsque nous sommes pleinement présent, 
ancré dans le corps, la pensée s'estompe et s'espace.
Nous pouvons nous y exercer
 par le biais de la méditation par exemple 
(ou certains exercices de Chi Gong ou de Yoga aussi).
.
Lionel Cruzille
.

lundi 1 décembre 2014

PRESENCE



Un des axes central, 
présent dans toutes voies spirituelles
quelles qu'elles soient, 
est la Vigilance ou la¨Présence.
(...)
C'est à la fois le Chemin et le But, 
dans le sens où, d'un certain point de vue 
tout est déjà présent, ici et maintenant.

Nous sommes déjà ce but, 
cette Concience en paix sans contraire.
La Conscience est au plus profond de nous.

Mais celle-ci est recouverte
 par le flot incessant des pensées 
émanant du mental et de l'illusion
d'un moi séparé du Tout : l'ego.

Nous avons certains blocages en nous
 qui freinent le fait d'être pleinement présent, ici.
C'est donc également un Chemin
 pour dé-couvrir cette Conscience
en ôtant les voiles qui la couvrent.

Etre Présent ou Vigilant,
nous amène peu à peu à vivre dans le monde 
de manière fondamentalement différente.
.
Lionel Cruzille
.

dimanche 30 novembre 2014

PROCHE DU MAL



Il y a quelque chose dans notre âme
qui répugne à la véritable attention
 beaucoup plus violemment
que la chair ne répugne à la fatigue.

 Ce quelque chose est
beaucoup plus proche du mal que la chair.
 C’est pourquoi,
 toutes les fois qu’on fait vraiment attention,
on détruit du mal en soi.
.
Simone Weil
.

samedi 29 novembre 2014

TORPEUR ORDINAIRE


Nous ne pouvons pas évoluer ou changer réellement,
nous "éveiller" de notre "torpeur"
 ou nous libérer de la souffrance,
si nous ne connaissons pas en profondeur
notre fonctionnement ordinaire,
c'est-à-dire notre "état de sommeil" au quotidien :
état de dépendance aux événements 
et identification aux humeurs
et aux émotions qui en résultent.

Les enseignements majeurs mettent l'accent
 sur le fait que nous "dormons",
inattentifs et insensibles
 à notre environnement et à nous-même. 


Mère le constate ainsi :

"Les gens qui vivent dans la conscience ordinaire
savent très peu ce qui se passe physiquement (...)
Au fond, l'immense majorité des hommes
sont comme prisonniers 
avec toutes les portes et les fenêtres fermées,
 alors ils étouffent  (ce qui est assez naturel)
 mais ils ont avec eux  la clef 
qui ouvre toutes les portes et les fenêtres,
 et ils ne s'en servent pas .
(...)
Il n'y en a pas un sur un million qui sache vivre ! 
Ils arrivent dans la vie, ils ne savent pas pourquoi ;
ils savent qu'ils ont un certain nombre d'années à vivre,
 ils ne savent pas pourquoi ; 
ils pensent qu'ils auront à s'en aller
 parce que tout le monde s'en va 
et ils ne savent pas non plus pourquoi...
Ils sont nés, ils vivent, 
ils ont ce qu'ils appellent des bonheurs et des malheurs, 
et puis ils arrivent à la fin, et ils s'en vont.
 Ils sont entrés et ils sont sortis sans rien apprendre.

vendredi 28 novembre 2014

L'ETRE DES PROFONDEURS




Tout être humain a des racines ontologiques
et pas seulement terrestres.
 Il ne le comprend qu'en prenant conscience 
que pour être lui même,
 il faut être, tout court.

Etre veut dire que l'on accepte de recevoir en soi
 la source de toute vie, dont la sienne,
 en se laissant habiter par cette source. 
Celle ci n'est pas seulement ce courant de vie
récapitulant toute l'évolution. 
Elle va au delà de ce courant,
dans les profondeurs de l'origine, 
qui relève d'un immense amour pour la vie et les hommes.

La plongée en soi-même révèle l'être des profondeurs.
 En le faisant surgir, elle fait monter une immense paix. 
Pour soi, pour le monde. 
Paix de savoir qu'existe une vie plus profonde
que les apparences.

 Paix de se sentir vivre pour la première fois, 
de découvrir que cette paix parle aux autres. 
Comme si le monde l'attendait secrètement,
 et s'il était heureux de pouvoir se dire :
 "Enfin, un homme en paix."

C'est en appelant à exister la profondeur de soi
 qu'on la fait apparaître.
Cela s'appelle prier ou méditer.
 En se liant d'une façon fondamentale
 à la vie fondamentale qui vit en soi,
 on transforme non seulement sa vie,
mais le monde.
.
Bertrand Vergely
"La foi ou la nostalgie de l'admirable"
.

jeudi 27 novembre 2014

PUITS



Il y a en moi un puits très profond.
 Et dans ce puits, il y a Dieu.
Parfois, je parviens à le rejoindre,
 mais plus souvent
de la pierre et du sable le recouvrent : 
alors Dieu est enterré.
Il faut à nouveau que je le déterre.

Etty Hillesum
 (Journal)


mercredi 26 novembre 2014

EFFACEMENT

image ici

Fais taire tes opinions, tes sentiments, tes humeurs.
Efface ta personne.
Alors ton guide intérieur,
ne se causant plus aucun trouble à lui-même,
te conduit à la chose essentielle qui est en toi :
l'impassible nature universelle.
.
Lucrèce
.

mardi 25 novembre 2014

PAIX

image ici

Je crois que je vais le faire : tous les matins, 
avant de me mettre au travail, me "tourner vers l'intérieur",
 rester une demi-heure à l'écoute de moi-même.
" Rentrer en moi-même".
Je pourrais dire aussi : méditer.
Mais le mot m'horripile encore un peu.
Oui, pourquoi pas: une demi-heure de paix en soi-même.
 (...)

Mais une "heure de paix", ce n'est pas si simple.
Cela s'apprend.
Il faudrait effacer de l'intérieur
tout le petit fatras bassement humain,
 toutes les fioritures.
Une petite tête comme la mienne est toujours 
bourrée d'inquiétude pour rien du tout.
Il y a aussi des sentiments et des pensées
 qui vous élèvent et vous libèrent,
 mais le fatras s'insinue partout .

Créer au-dedans de soi une grande et vaste plaine,
 débarrassée des broussailles sournoises
 qui vous bouchent la vue, 
ce devrait être le but de la méditation.

Faire entrer un peu d'Amour en soi, 
pas de cet amour de luxe à la demi-heure
dont tu fais tes délices,
 fière de l'élévation de tes sentiments,
 mais d'un amour utilisable
dans la modeste pratique quotidienne.
.
Etty Hillesum
.

lundi 24 novembre 2014

LA SEULE POSSIBLE

image ici
La seule révolution possible, 
c'est d'essayer de s'améliorer soi-même,
en espérant que les autres fassent la même démarche.
Le monde ira mieux alors.
.
.

AU-DELA DE LA PENSEE



Nous avons besoin d'un type d'intelligence
qui aille au-delà de la pensée
qui ne se fonde pas sur la mémoire
et qui soit plus subtil que celle-ci.
.
David Bohm
.

dimanche 23 novembre 2014

CONTACT

image ici

Penser, c'est une grande et belle occupation dans les études,
mais ce n'est pas ce qui vous tire
de situations psychologiques difficiles.
Il y faut autre chose.
Il faut savoir se rendre passif, se mettre à l'écoute.
Retrouver le contact avec un petit morceau d'éternité.
.
Etty Hillesum
.

Chaque chose porte en elle-même sa vérité
- sa vérité absolue, si lumineuse, si claire.
Et si on est en rapport avec ça, 
tout s'organise merveilleusement ;
mais les hommes ne sont pas en rapport avec ça ;

ils sont toujours en rapport à travers leur pensée 
- la pensée qu'ils en ont, la sensation qu'ils en ont (...) -
De plus en plus, je suis convaincue
que nous avons une façon de recevoir les choses
et de réagir qui crée les difficultés.
.
Mère
.

"Satprem : Mère 
- La mutation de la mort - Tome 3"
.

samedi 22 novembre 2014

LA PLUS GRANDE

image ici

La plus grande révolution de notre génération
est que les êtres humains,
en changeant les attitudes intérieures de leur esprit,
peuvent changer les aspects extérieurs de leur vie.
.
W. James
.

vendredi 21 novembre 2014

REVOLUTION DES CONSCIENCES



Bien plus qu'on ne l'imagine généralement,
 tradition et révolution sont intimement associées.

Tous les enseignements traditionnels évoquent
 la révolution du silence, la révolution du réel, 
la révolution intérieure,
la révolution des consciences
 afin de surmonter ou de renverser 
l'ignorance des savoirs et des croyances
 cloisonnés dans leurs particularismes respectifs.

Ce tournant décisif, cette avancée soudaine 
est la révolution de l'être intérieur.
.
Dominique Casterman
"La conjonction des savoirs"
.


La question n’est pas de chercher à savoir qui a tort,
mais plutôt de voir s’ils n’auraient pas tous un peu raison
car l’univers est si grand qu’il y a suffisamment de place
pour Freud et Bouddha.
.
Ken Wilber
.

jeudi 20 novembre 2014

REVOLUTION INTERIEURE



En voyageant à travers le monde,
on fait partout le même constat,

Pas une révolution d'ordre matériel :
il ne s'agit pas de lancer des bombes, 
de verser le sang, de se révolter,
 car toute révolution d'ordre matériel
aboutit inévitablement  à une dictature bureaucratique
ou à une tyrannie exercée par d'autres individus (...).

Mais ce dont nous devons parler ensemble, 
c'est de la révolution intérieure.
.
Krishnamurti
"Vers la révolution intérieure"
.
(vidéo-conférence intéressante sous le lien)
.


mercredi 19 novembre 2014

R - EVOLUTION



Souvent, une évolution est une révolution
sans en avoir l'R.
.
Pierre-Henri Cami
.

mardi 18 novembre 2014

RISQUER LA VIE



Risquer la vie ;
risquer de laisser venir la vie.
Toute modification est celle de la vie,
du vivant qui entre dans la variabilité.
.
François Roustang
.

lundi 17 novembre 2014

LE SECRET

image ici

Le secret du changement consiste
 à concentrer son énergie
 pour créer du nouveau
et non pas pour se battre contre l'ancien.
.
 Dan Millman
.

dimanche 16 novembre 2014

COCREATEURS


Ce que nous devons tenter,
 c’est d’activer en nous ce potentiel en jachère, 
d’ouvrir les yeux que nous avons sous nos yeux de chair, 
d’entrer ainsi dans notre véritable humanité de cocréateur.
(...)


Nous sommes en permanence
 nécessaires à la création quotidienne du monde.
Nous ne sommes jamais les gardiens d’un accompli,
mais toujours les cocréateurs d’un devenir.
.
Christiane Singer
'Où cours-tu...?"

RESPONSABILITE



… En prenant dans notre responsabilité, 
ce que nous vivons, ce que nous faisons, ce que nous disons,
 nous avançons sur un chemin de paix…
.
Christiane Singer
.

samedi 15 novembre 2014

CHAQUE GESTE

image ici

Chaque geste que tu fais
 peut t’ouvrir ou te fermer une porte. 

Chaque mot que bredouille un inconnu 
peut être un message à toi adressé.
 A chaque instant, la porte peut s’ouvrir sur ton destin
 et, par les yeux de n’importe quel mendiant,
 il peut se faire que le ciel te regarde.

 L’instant où tu t’es détourné, lassé,
 aurait pu être celui de ton salut.
 Tu ne sais jamais. 

Chaque geste peut déplacer une étoile.
.
Christiane Singer
"Où cours-tu...?"

RETROUVER L'UNITE

image ici

L'amour et l'amitié sont des tentatives
 pour élargir le cercle,
 et retrouver l'unité perdue.
.
Sagesse amérindienne
.

mercredi 12 novembre 2014

OUVRE LES YEUX

image ici

- Lève-toi ! Marche ! Debout !
- Mais je suis déjà debout ! 
- Non, mets-toi encore debout
dans ce que tu crois être debout! 
Ouvre les yeux !
- Mais j’ai déjà les yeux ouverts ! 
- Ouvre les yeux
dans les yeux que tu crois avoir ouverts ...
.
Christiane Singer
"Du bon usage des crises"
.

mardi 11 novembre 2014

ELAN

image ici

J'ose prétendre que si en cet instant, 
en de multiples endroits du monde,
 des femmes ne s'élançaient pas vers leurs aimés, 
des enfants dans les bras d'une mère, d'un père,
 des amis l'un vers l'autre, des chevreuils vers la source,
si cet élan n'était pas à chaque instant tissé de neuf
 qui jette l'océan à la rencontre de la terre, 
alors le monde cesserait aussitôt d'exister.

 Car cet élan est le nerf de la création.
.
Christiane Singer
"Du bon usage des crises"
.


lundi 10 novembre 2014

UN POINT DE FEU

image ici

L'amour participe de l'âme même.
 Il est de même nature qu'elle.

 Comme elle, il est étincelle divine,
 comme elle il est incorruptible, indivisible, impérissable.

 C'est un point de feu qui est en nous,
 qui est immortel et infini,
 que rien ne peut borner et que rien ne peut éteindre.

On le sent brûler jusque dans la moëlle des os
et on le voit rayonner jusqu'au fond du ciel.
.
S'il n'y avait pas quelqu'un qui aime,
 le soleil s'éteindrait.
.
Victor Hugo
"Un coeur sous une pierre"
.

dimanche 9 novembre 2014

ÂME

image ici

L'âme ?
C'est bien par elle que la vraie beauté d'un corps rayonne,
c'est par elle qu'en réalité les corps qui s'aiment communiquent.
.
François Cheng
.

samedi 8 novembre 2014

AUBE

image ici


La fraîcheur de l'aube a des secrets à te dire.
Ne retourne pas dormir.

Tu dois demander ce que tu veux vraiment.
Ne retourne pas dormir.

Les gens vont et viennent et ainsi de suite
A l'endroit où se touchent les deux mondes
La porte est ronde et ouverte.
Ne retourne pas dormir.
.
Rûmi
.