mercredi 20 août 2014

JEU DE L'ETE (7) : PERCEE

photo personnelle
Photo de La Licorne
.

lundi 18 août 2014

samedi 16 août 2014

JEU DE L'ETE (5) : LA BÊTE DANS LES NUAGES


J'ai cru voir paître, vers le soir,
                              Une brebis dans la nuée...


Et, si je n’eus pas la berlue
Le vieux berger au front chenu,
Aux sourcils drus, m’est apparu,
Scrutant sans doute, pour la trouver,
Les pâturages veloutés
Où la belle s’était attardée.
.
Amezeg
.

vendredi 15 août 2014

JEU DE L'ETE (4) : NUEES



.
Photo de Nicole
.
Attention : date limite du jeu
repoussée au vendredi 22 août...
.

jeudi 14 août 2014

JEU DE L'ETE (3) : RICOCHET D'ARC-EN-CIEL



Photo de Mistouflet
.

JEU DE L'ETE (2) : BARBE A PAPA

photo personnelle

La Licorne
.
(Comme il y a peu de participants,
j'ai décidé que je "jouais"... ;-)

mercredi 13 août 2014

JEU DE L' ETE (1) : LA TÊTE...DANS LA LUNE


Pleine lune du 11 juillet

Photo envoyée par Michelle
.

mardi 12 août 2014

DES ETOILES DANS LA NUIT...


Sans rapport avec le jeu du "ciel" (quoique...), 
j'ai envie de vous partager ce poème et ces photos
qu'on m'a envoyés ce matin...
.
- Refus d'être ennemis -


A Gaza, il se passe - aussi-  des choses magnifiques
et ce sont les fleurs de Gaza
(et d'ailleurs)
....
Beauté, amour, intelligence fleurissent...
...Et ce sont les fleurs de la parole
Car la parole circule et c'est ce qu'on appelle le langage courant
Le langage où passe un courant
Et le courant est ressenti des deux côtés du fleuve
Car les fleuves ont deux côtés
Comme la langue a deux côtés
Le côté des hommes est pour la terre
Le côté des dieux est pour le mystère
Et les deux côtés sont nécessaires
L'homme aussi a deux côtés
 Celui pour la nuit et celui pour le soleil
D'une certaine façon la nuit ne rencontre jamais le soleil
Mais cela n'est qu'un côté des choses
Car l'autre côté existe
Et d'une autre façon le soleil sait se multiplier
pour rencontrer la nuit
C'est ce qu'on nomme la nuit étoilée
Il y a toujours un autre côté des choses
Il y a le côté d'Adam et la côte d'Eve
Le côté des dents longues et le côté des trêves
Le côté des denrées sérieuses et le côté des rêves
Chacun choisit son côté sa dent ou son rêve
Mais le transparent ne choisit rien
Car il prend tout
Il laisse tout
Et il garde le silence comme parole ultime. . .
 C'est un silence qui crie plus fort que le bruit
Un silence de la nuit étoilée et du soleil
Un silence comme on les aime
Qu'il faut aimer très fort pour l'entendre
On ne l'entend jamais assez
On n'aime jamais assez fort
. . . J'ai pris la nuit étoilée comme un drap
Et mon rêve pour me réveiller. . . 
C'est un silence fracassant
Et sans condition. . . 
Mon choix est de ne pas choisir
Entre le chien et le loup je regarde le soleil
Entre les deux camps j'entends le chant 
Du silence . . .
Si vous m'attendez ici
Je ne serai jamais là
Mais si vous m'attendez las
Je serai ici. . . 
La parole a deux pôles 
Et deux épaules
Et je les prends tous deux qui sont quatre
Et ça fait un axe. . . 
Et le monde tourne
 Les hommes changent de camp
Et broient les épaules
Mais le chant du silence perdure
. . .Et dans ce silence il y a la douce musique 
d'une parole qui dure. . .
La parole du langage courant est celle qu'on échange
D'une rive à l'autre. . . 
Ainsi naissent les rivières d'étoiles. . . 
Il y a beaucoup de rivières d'étoiles qui ne font pas de bruit
Les enfants assassinés dorment dedans
Ils en savent vraiment très long
Ecoutons-les maintenant
Car ils sourient
En silence
. . .    . . .    . . .
Je n'ai plus beaucoup de mots à ajouter
La parole échangée comble le silence
Et les sourires s'étoilent de musique
. . .    . . .    . . .
Mais il faut être précis et net
Comme une étoile
Ou se taire dans la nuit
 . .    . . .    . . .
Je dirai encore que la parole échangée
 Vivifie le silence
Et c'est pour cela 
Qu'il y a des auberges de parole
Et des cafés d'étoiles
Car le verbe à sa base 
Vit dans la circulation des mains et des mots partagés
Et c'est l'horizontale de la parole
qui concerne l'homme et la  femme
Et la terre humaine. . . 
Mais il y a aussi la parole du mystère
Qui ne concerne plus personne
Dans la verticale de l'absolu
C'est à la cime de tout
La poésie du vent 
Et de l'esprit
. . . 
Chut...
.
Marin de Charette
.
Lire ici
.
Connaissez-vous ce documentaire ?
"Dancing in Jaffa"
.
Un autre "fleur"...
.

lundi 11 août 2014

CIEUX



Histoire de vous inspirer...
.

samedi 9 août 2014

JEU DE L'ETE : "LA TÊTE DANS LES NUAGES"

image ici

Nouveau jeu :

En été, on a un peu de temps
pour rester "le nez en l'air"...
.
Alors, à l'exemple de la petite Amélie Poulain
dans la vidéo ci-dessous,
je vous propose de regarder attentivement le ciel
et d'y trouver quelque chose qui vous plaît :
des formes insolites, des couleurs inédites, 
une ambiance particulière, un détail marrant...
ce que vous voulez,
pourvu que ce soit sympa à partager !
.
Vous photographiez cela...
et vous m'envoyez la photo
à l'adresse suivante :
undeuxtrois4@orange.fr

Vous lui donnez un titre...
et vous pouvez aussi
(mais ce n'est pas obligatoire)
ajouter un texte...
.
Autre option possible :
vous choisissez sur internet
- y compris sur ce blog -
une photo de ciel qui vous plaît
et vous l'accompagnez d'un texte
(ou d'un poème) de votre cru...
.
Date limite de participation:
Vendredi 22 août à minuit
.
N'oubliez pas votre nom
(ou pseudo) !
.
Je publierai les photos
au fur et à mesure...
enfin, dans la mesure du possible,
car je suis absente plusieurs jours.
Soyez patients ! ;-)
.
Je compte sur vous :
je suis sûre que votre sens de l'observation
conjugué au hasard...
produira des merveilles...:-)
.
La  Licorne
.
image ici


vendredi 8 août 2014

LE FABULEUX...AU QUOTIDIEN



Un film...inoubliable....
.

jeudi 7 août 2014

THEORIE ET PRATIQUE

photo Doisneau

Pertinence de Bergson.
Il a compris l'enjeu du nihilisme.
Ce n'est pas la réalité qui est malade,
mais notre mode d'appréhension du réel.
Il y a une crise de la pensée,
raison pour laquelle
il y a un désenchantement du monde.

La pensée qui ne vit plus
prend son vide pour le vide du monde.
Le nihilisme en ce sens est l'illusion même.
Avec lui, c'est le rationalisme abstrait qui l'est.
la critique de Bergson est implacable,
elle est cependant juste.

Bergson a fait une découverte :
il importe de distinguer la théorie et la pratique.
Il y a des vérités qui sont juste en théorie
et fausses en pratique,
il y en a qui sont fausses en théorie
et justes en pratique.

Dire que la mort et la violence
sont la vérité de la condition humaine
est juste en théorie mais faux en pratique :
ce n'est pas avec cela qu'on vit.
Dire que la vie et l'esprit
sont la vérité de la condition humaine
est faux en théorie mais juste en pratique :
c'est avec cela que l'on vit.

Il faut avoir la sagesse de choisir la pratique.
On vit avec ce qui fait vivre 
et non avec ce qui fait mourir.
La raison abstraite fait mourir.
D'où la force de l'émerveillement :
il fait vivre.

Qui sait s'émerveiller 
donne au monde la force de vivre.
Il terrasse le nihilisme en étant la preuve vivante
que la vie est plus forte que la mort
et l'esprit plus fort que la violence.
.
Bertrand Vergely
- Puissance du fabuleux -
"Retour à l'émerveillement"
.

mercredi 6 août 2014

NE PAS AJOUTER AU MALHEUR

photo Doisneau

Décider d'être heureux, 
ne pas ajouter au malheur de l'humanité,
ne serait-ce que par une plainte ou par une pensée...
Volonté de ne pas nuire, de ne pas attrister.
Ce n'est pas encore de l'amour, ni de la sagesse,
c'est le commencement de l'éthique.
Pour beaucoup, c'est déjà de l'héroïsme.
.
Jean-Yves Leloup
"L'absurde et la grâce"
.

DEBOUT DANS LA NUIT

photo Doisneau

Le miracle de l'amour 
c'est d'être debout dans la nuit
plein de silence
dans le fracas de l'insignifiance
plein de louange
au milieu de la haine
.
Christiane Singer
.

mardi 5 août 2014

ISSUE

image ici

Je ne vois pas d’autre issue : 
que chacun de nous fasse un retour sur lui-même
 et extirpe et anéantisse en lui
 tout ce qu’il croit devoir anéantir chez les autres. 
Et soyons bien convaincus que le moindre atome de haine
 que nous ajoutons à ce monde
 nous le rend plus inhospitalier qu’il n’est déjà.
.
J’ai senti l’émotion rompre les digues et me submerger
et les larmes longtemps enfermées en moi 
ont soudain submergé mon coeur : 
il y avait en moi tant d’amour, tant de pitié, 
tant de douceur, mais aussi tant de force.
.

lundi 4 août 2014

VIE ET MORT

La vie et la mort, la souffrance et la joie,
 les ampoules des pieds meurtris, 
le jasmin derrière la maison, les persécutions,
les atrocités sans nombre, tout
 tout est en moi et forme un ensemble puissant ; 
je l’accepte comme une totalité indivisible
 et je commence à comprendre de mieux en mieux
 pour mon propre usage,
 sans pouvoir encore l’expliquer à d’autres, 
la logique de cette totalité ;

 je voudrais vivre longtemps 
pour être un jour en mesure de l’expliquer.
 J’ai réglé mes comptes avec la vie,
 je veux dire : 
l’éventualité de la mort est intégrée à ma vie ;

 regarder la mort en face et l’accepter
 comme une partie intégrante de la vie, 
c’est élargir cette vie.
 À l’inverse, sacrifier dès maintenant à la mort 
un morceau de cette vie,
 par peur de la mort et refus de l’accepter,
 c’est le meilleur moyen de ne garder 
qu’un pauvre petit bout de vie mutilée 
méritant à peine le nom de vie.

Cela semble un paradoxe : 
en excluant la mort de sa vie
 on se prive d’une vie complète, 
en l’y accueillant on élargit 
et on enrichit sa vie.
.
"Une vie bouleversée"
.

LA BEAUTE DU MONDE EST PARTOUT

image ici

De l'autre côté de cette tente, 
le soleil nous offre soir après soir 
le spectacle d'un coucher inédit. 
Ce camp perdu dans la lande de Drenthe 
abrite des paysages variés.
 Je crois que la beauté du monde est partout,
 même là où les manuels de géographie
 nous décrivent la terre comme aride, 
infertile et sans accidents. 
Il est vrai que la plupart des livres ne valent rien,
 il nous faudra les réécrire. 
.
Lettres de Westerbork
.


dimanche 3 août 2014

LE BON ET LE MAUVAIS

photo Doisneau

On me dit parfois: 
"Oui, mais tu vois toujours le bon côté des choses."
 Quelle platitude !

 Tout est parfaitement bon.
 Et en même temps parfaitement mauvais.
Les deux faces des choses s'équilibrent, 
partout et toujours.
Je n'ai jamais eu l'impression
de devoir me forcer à en voir le bon côté, 
tout est parfaitement bon, tel quel.

Toute situation, si déplorable soit-elle, 
est un absolu 
et réunit en soi le bon et le mauvais.
.
Etty Hillesum
"Une vie bouleversée"
.

samedi 2 août 2014

CROIRE EN LA VIE

photo Doisneau

Aucun art n'est issu du désespoir
 et nul artiste n'a jamais créé à partir du désespoir.
Etre un artiste, c'est croire en la vie.
.
Henry Moore
.

LA METAPHYSIQUE DU PIRE

photo de Dariusz Klimczak

Le révolté choisit la métaphysique du pire
qui s'exprime dans une littérature de damnation,
dont nous ne sommes pas encore sortis.
.
.

vendredi 1 août 2014

NIHILISME

photo de Doisneau

Que signifie le nihilisme ?
Que les valeurs supérieures se déprécient.
Les fins manquent
et il n'y a plus de réponse à cette question :
"A quoi bon ?"
.
Nietzsche
.

SYMPHONIE


L'univers danse au rythme d'une symphonie divine.
L'esprit "moderne" en détache chaque note,
la regarde du haut de sa "science"
et déclare qu'elle n'a aucun sens.
.
La Licorne
.


jeudi 31 juillet 2014

BESOIN

photo de Doisneau

Nous avons surtout besoin de vivre, 
de croire à ce qui nous fait vivre 
et que quelque chose nous fait vivre.
.
Antonin Artaud

mercredi 30 juillet 2014

S'EMERVEILLER

photo Elena Shumilova

Il est beau de s'émerveiller.
Il est tragique de ne pas en être capable.
Qui s'émerveille n'est pas indifférent.
Il est ouvert au monde, à l'humanité, à l'existence.
Il rend possible un lien à ceux-ci.
Qui ne sait pas s'émerveiller est fermé
au monde, à l'humanité, à l'existence.
Il rend impossible un lien à ceux-ci.
On comprend donc que la faculté de s'émerveiller
soit jugée comme la chose la plus précieuse au monde.
On peut être pauvre, 
si l'on sait s'émerveiller, on est riche.
On peut être riche, 
si l'on ne sait pas s'émerveiller, on est pauvre.
On passe à côté de l'essentiel,
on manque la beauté du monde,
la richesse des êtres humains,
la profondeur de l'existence.
.
Bertrand Vergely
.

mardi 29 juillet 2014

ET...JAILLIT MA CHANSON

photos Elena Shumilova

Le ciel rempli d’étoiles et le soleil,
l’univers entier palpitant de vie,
Au milieu de tout,
j’ai trouvé ma place –
Et émerveillé, jaillit ma chanson.

Le sang qui court dans mes veines
ressent
Le mouvement du temps
qui secoue le monde –
Et émerveillé, jaillit ma chanson.

Marchant doucement sur l’herbe
du sentier de la forêt,
Mon esprit rempli du parfum
enivrant des fleurs.
La joie tout autour –
Et émerveillé, jaillit ma chanson

J’ai ouvert grand les yeux,
confiant mes peines à la terre,
A la quête de l’inconnu
au sein du connu –
Et émerveillé, jaillit ma chanson.
.

lundi 28 juillet 2014

FUNAMBULE DE LA VIE

image ici

Tout changement implique une découverte
nécessitant un voyage sur un fil tendu
entre le connu et l'inconnu.
Sois un funambule de la vie
pour apprécier vraiment celle-ci.
.
Paul Degryse
"Le dit des chamanes"
.

dimanche 27 juillet 2014

CHAQUE TOURNANT DU CHEMIN

image ici

La vie est si curieuse, si surprenante, si nuancée, 
et chaque tournant du chemin 
nous découvre une vue entièrement nouvelle.

La plupart des gens ont une vision conventionnelle de la vie, 
or il faut s’affranchir intérieurement de tout, 
de toutes les représentations convenues,
 de tous les slogans, de toutes les idées sécurisantes,
 il faut avoir le courage de se détacher de tout, 
de toute norme et de tout critère conventionnel, 
il faut oser faire le grand bond dans le cosmos :

alors la vie devient infiniment riche,
elle déborde de dons, même au fond de la détresse.
.
Etty Hillesum
.

samedi 26 juillet 2014

BAIN DE JOUVENCE

photo Elena Shumilova

Le seul véritable voyage, le seul bain de Jouvence, 
ce ne serait pas d’aller vers de nouveaux paysages, 
mais d’avoir d’autres yeux, 
de voir l’univers avec les yeux d’un autre, 
de cent autres, de voir les cents univers
 que chacun d’eux voit,
que chacun d’eux est.
.
 Marcel Proust
.

vendredi 25 juillet 2014

MAGIE DES RENCONTRES

photo Elena Shumilova

Ces êtres de dialogue, de partage
 et de mouvance que nous sommes,
 vivent de la magie des rencontres,
 meurent de leur absence.

Chaque rencontre nous réinvente illico - 
que ce soit celle d'un paysage, d'un objet d'art, 
d'un arbre, d'un chat ou d'un enfant,
 d'un ami ou d'un inconnu.

Un être neuf surgit alors de moi 
et laisse derrière lui celui qu'un instant plus tôt
je croyais être.
.
Christiane Singer
"Eloge du mariage, 
de l'engagement
 et autres folies..."
.

jeudi 24 juillet 2014

LIENS

photo Elena Shumilova

Ce qui compte, ce sont les liens d'affection
qui relient les gens entre eux,
formant une toile immense et invisible
sans laquelle le monde s'écroulerait.

Le reste, auquel on consacre
la plus grande partie de son temps
en prenant des airs très sérieux,
n'a que peu d'importance.
.
Jacques Poulin
"Le vieux chagrin"
.


mercredi 23 juillet 2014

PRECIEUX

photo Elena Shumilova

Deux biens sont pour nous aussi précieux
que l'eau ou la lumière pour les arbres :
la solitude et les échanges.
.
Christian Bobin
"La présence pure"
.

mardi 22 juillet 2014

ACCORD, DES-ACCORD

image ici

J'ai appris ça en écoutant le gros [Bach] :
 le bonheur, ce n'est pas une note séparée,
 c'est la joie que deux notes ont à rebondir
l'une contre l'autre. 

Le malheur c'est quand ça sonne faux,
 parce que votre note et celle de l'autre ne s'accordent pas. 
La séparation la plus grave entre les gens,
 elle est là, nulle part ailleurs : 
dans les rythmes.
.
 Christian Bobin
"La folle allure"
.

lundi 21 juillet 2014

EPHEMERE

Photos de Doisneau

Le Bonheur n'est ni un droit, ni une obligation.
 C'est un état provisoire, souvent éphémère, 
qui prend ses racines dans quelques ancrages sacrés : 
vivre au présent, accepter de s'aimer,
 recevoir l'autre comme un cadeau,
 accueillir les miracles de l'imprévisible.
.
 Jacques Salomé
.


dimanche 20 juillet 2014

GOÛT DE VIE


Comme la fraise a goût de fraise,  la vie a goût de vie.
.
Alain
.

samedi 19 juillet 2014

ICI ET MAINTENANT

photo de Robert Doisneau

Ce n'est ni par de grands principes
ni par l'effet du hasard 
qu'un chef-d'oeuvre prend naissance,
mais par l'expérience ;
dans l'ici et maintenant...
.
Michael Radulescu
.
.

vendredi 18 juillet 2014

L'ART DE LA LUMIERE


La photographie dit par une écriture de lumière
ce que les mots ne peuvent pas montrer,
elle révèle par un dégradé de gris
des nuances subtiles
qui court-circuitent le raisonnement,
elle parle à la mémoire de l'être.

La photographie est un art
qu'il ne faut pas limiter à l'apparence,
elle peut saisir le tressaillement invisible
qui jaillit des productions de la création.

Elle surprend des mouvements éternels,
immortalise des gestes quotidiens,

Elle témoigne de l'harmonie et de la beauté !
.
Gérard Belin
(ou Frère Jean)
.

jeudi 17 juillet 2014

DECIDER DE S'EMERVEILLER


S’émerveiller, c’est décider d’arrêter d’être inquiet
et jouir de ce qui vient avec gratitude.
.
.

mercredi 16 juillet 2014

VOIR, C'EST ACCUEILLIR CE QUI VIENT


Voir, ce n'est pas se mettre à jauger autrui de pied en cap,
avec le compas d'une pensée qui évalue, mesure et juge.
Voir, c'est habiter la conscience
et accueillir ce qui vient.
.
Plus nous sommes conscients
et plus nous vivons dans la texture de l'unité.
.
Serge Carfantan
.

mardi 15 juillet 2014

LA BEAUTE DE LA TERRE


L’éducation ne consiste pas à apprendre dans des livres,
 à confier certains faits à la mémoire,
 mais à apprendre comment regarder,
 comment écouter toutes ces choses que racontent les livres,
 que ce qu’ils racontent soit vrai ou faux.
 Tout cela fait partie de l’éducation.

Elle ne consiste pas simplement à passer des examens, 
à obtenir un diplôme et une situation,
 à se marier et à s’installer,
 mais encore à savoir comment écouter les oiseaux,
 comment voir le ciel, 
l’étonnante beauté d’un arbre, le dessin des collines,
 comment les sentir, 
comment être vraiment en contact
avec toutes ces choses.

 Tandis que vous allez vieillir, 
ce sentiment d’écouter, de regarder,
disparaîtra malheureusement, 
parce que vous aurez des soucis,
 parce qu’il vous faudra plus d’argent, 
une plus belle automobile, plus ou moins d’enfants.
 On devient jaloux, ambitieux, avide, envieux ;
 et ainsi on perd ce sentiment de la beauté de la terre.
.
Krishnamurti

lundi 14 juillet 2014

LA VIE EST BELLE, UNIQUE


Un vent étonné sort de l'être
Poussé par l'étrange
Echevelé comme la mer
Je suis vêtue d'espace

Le temps se replie

Ses baisers me vont droit au coeur
Après avoir défait mon corps
On n'est pas ce qu'on veut être
On naît au fil de soi

Visage à découvert
Souffle du vent
Pensée du monde

La vie revient

Elle est belle

Unique

Semblable à la mort ineffable
.

Brigitte Maillard
"La simple évidence de la beauté"
.

dimanche 13 juillet 2014

LE REGARD DES ENFANTS


Quand on a la possibilité d'une écoute sensible, 
on est souvent étonné de la profondeur
 du regard des enfants et de leur expression.
 Le petit enfant a une curiosité extraordinaire,
 y compris dans ce qu'il fait avec son corps.
Il est dans la découverte du monde.
.
René Barbier
.

samedi 12 juillet 2014

EN SYMPATHIE AVEC L'INFINI

image  ici

Et puis il y a cette impression fantastique
que nous avons tous rencontrée enfant, 
allongé dans l'herbe devant la voûte étoilée.

Une dilatation extraordinaire
de la sensation de l'espace,
l'espace d'un instant,
 nous nous sentions en sympathie avec l'infini.
.
Serge Carpentan
"Sur la contemplation esthétique"
.

vendredi 11 juillet 2014

CONTEMPLER, SENTIR

photo personnelle

Contempler, c'est être là, disponible
 et se laisser envelopper
 par la présence de ce qui est.

 Ce qui apparaît alors est très différent. 
L'arbre a une formidable puissance, 
une majesté silencieuse qui remplit l'espace
 et s'élance vers le ciel.

Une présence qui plonge dans la terre
 et dont la pensée ne peut avoir la moindre idée,
 à moins qu'elle ne se taise pour un moment.

 L'arbre est alors réellement ressenti 
comme une individualité vivante 
et chaque arbre est différent d'un autre
 et possède sa propre présence.

Sentir cela de toutes les fibres de son être 
est tout à fait autre chose que de le penser.
.
Serge Carpentan
"Sur la contemplation esthétique"
.

jeudi 10 juillet 2014

LE VOILE GRIS DE LA PENSEE

image ici

La profondeur est là, sans cesse,
mais elle nous échappe.
.
René Barbier
.
Très peu de personnes
sont conscientes de ce qui les entoure
et très peu voient vraiment.
.
Les gens ont devant les yeux un voile gris
tissé par l'agitation de la pensée
qui rend impossible
une relation expérimentale avec la vie.
.
Serge Carfantan
.

mercredi 9 juillet 2014

DANS UN BRIN D'HERBE

photo personnelle

...comprenons que la réalité transcende
 toutes nos conceptions du réel. 
La réalité n'est ni chrétienne, ni hindoue, ni juive, 
ni advaïta vedanta, ni bouddhiste...
Elle n'est ni dualiste, ni non-dualiste,
 ni spirituelle, ni non-spirituelle.

Nous devrions accéder à la connaissance vivante
 qu'il y a plus de réalité et de sacré
 dans un brin d'herbe
 que dans toutes nos pensées et idées sur la réalité.

 Lorsque nous percevons
à partir d'une conscience non divisée,
 nous trouverons le sacré dans chaque expression de la vie.
Nous le trouverons dans notre tasse de thé,
 dans la brise d'automne, en nous brossant les dents, 
dans chaque moment de la vie et de la mort.

C'est pourquoi nous devons absolument abandonner
 l'ensemble de la pensée conditionnée
 et nous laisser conduire dans l'inconnu
 par le fil intérieur du silence, 
au-delà du point où tous les chemins s'achèvent,
 en cet endroit où nous allons innocemment ou non - 
 non pas en une fois, mais indéfiniment.
.
Adyashanti
.

mardi 8 juillet 2014

LIS DES CHAMPS

photo personnelle

Observez comment poussent les lis des champs :
 ils ne travaillent pas, ils ne filent pas.
 Or je vous dis que Salomon lui-même,
 dans toute sa gloire, 
n'était pas habillé comme l'un d' eux .
.
Evangile de Saint Mathieu
.