mercredi 27 juillet 2011

PETITS MOMENTS D'ETERNITE

photo personnelle
Nous avons oublié beaucoup de notre petite enfance.
Mais les images, les impressions, les bribes
qui nous en restent ont une valeur inestimable.
Pour ma part, j'ai longtemps gardé en moi
de "petits moments de vie", très courts, très précis,
qui m'étaient "restés en mémoire" inexplicablement...
alors que j'avais oublié tout le reste.
Ces bribes de souvenirs ne semblaient avoir aucun intérêt:
c'était une image, un ressenti ou une situation...
apparemment sans importance.
Par exemple, j'ai le souvenir
d'avoir observé avec ravissement le soleil
jouer dans les herbes du printemps,
alors que je n'avais que quatre ou cinq ans.
Je vous jure que je me souviens très nettement,
avec une grande précision,
du vert éclatant de l'herbe ce jour-là
et de la joie qui était en moi à cette vue.
.
Qu'un détail aussi insignifiant, aussi banal,
ne se soit pas "effacé" trente ou quarante ans plus tard
est de l'ordre de l'inexplicable.
Ce n'est que récemment
que j'ai compris POURQUOI :
Ces moments étaient en fait des moments
où j'avais été "touchée" par le Réel,
des moments de lucidité où le "voile du moi"
s'était déchiré et où j'avais VU, vraiment,
et où j'avais été en contact direct avec la Vie.
C'est difficile à expliquer...
à quelqu'un qui n'en a pas fait l'expérience,
mais ces moments-là ont une saveur particulière,
une saveur d'éternité.
Et c'est pourquoi ils ne s'effacent pas...
.
La Licorne
.

9 commentaires:

  1. Il y a eu des instants comme celui que tu décris qui ont jalonnés mon enfance. En grandissant, en "perdant" l'innocence, j'ai mis cela sur le compte d' un tempérament artiste, rêveur... Mais dans ces instants il n'y a aucune place pour le rêve ni même l'imaginaire...
    J'ignorais alors que le vide intérieur que je ressentais n'était qu'un appel pour revenir à moi, à cet instant hors du temps, toujours disponible et que j'avais tant de fois frôlé sans savoir...en toute innocence.
    Aujourd'hui seulement, à 36 ans, je découvre qu'il ne tient qu'à moi de faire du Réel ma demeure. Revenir chez soi. Simplement.
    La différence entre avant et maintenant?
    Avant, je croyais qu'il s'agissait d'une grâce, un don de Dieu, ou même un accident.
    Maintenant je sais que ce n'est qu'un geste, un mouvement, une danse...

    C'est la véritable méditation telle qu' en témoigne Krishnamurti:
    "un mouvement dans l'immobilité...voir n'est possible qu'à partir d'un silence..." à chaque instant, où que l' on soit.

    Quelle découverte!

    RépondreSupprimer
  2. Ton texte est vraiment très beau et très juste. Une autre chose par rapport à l'enfance j'ai le souvenir de conversations avec des camarades de classes, à l'école primaire, où on se posait beaucoup de question sur la réalité des choses, de l'existence, souvent on se disait : "Si ça se trouve on est en train de rêver", "on va se réveiller"... j'y repense souvent...

    RépondreSupprimer
  3. Oui, Nout, ce sont des instants "hors du temps" (c'est ce que je voulais dire par "éternité"), des instants où nous quittons l'horizontalité de notre vie (la linéarité du temps) et où nous percevons quelque chose de "vertical" (ne dépendant pas du temps, éternel).
    Et c'est vrai qu'on peut "revenir" consciemment à ce Réel "hors-temps" et même y faire sa demeure...cela est possible partout et à tout instant (mais cela demande pas mal de travail, de prises de conscience, de patience, de persévérance, bref, un certain "temps"... ;-) parce que notre ego, mine de rien, a la vie dure !
    Personnellement, si j'en entrevois la possibilité, je n'y suis pas !
    Je sais juste "reconnaître" les moments "magiques" quand ils se présentent à moi...

    RépondreSupprimer
  4. Mingingi, je trouve ton souvenir très intéressant...
    Au fil des années, j'ai cru remarquer que les "souvenirs" lojntains qui nous restent ne sont JAMAIS anodins...ne restent en mémoire que les moments où quelque chose de l'ordre de l'"intuition" nous a traversé...uniquement les moments où nous nous sommes approchés du "Vrai"...
    Tes conversations avec tes amies , c'est une "intuition" du fait que dans notre fonctionnement habituel, automatique, nous sommes "endormis".
    La plupart des spiritualités (et même la science) disent la même chose : la réalité matérielle est une "illusion", un "rêve"...et l'on peut s'en "éveiller"...
    C'est l'"éveil" de la conscience.
    La conscience étant la seule chose qui "existe" vraiment...

    RépondreSupprimer
  5. Oui, que nous sommes endormis, en pilote automatique je n'en doute pas, mais ce qui m'intrigue avec ces souvenirs d'enfance, c'est que apparemment on est plus lucide sur notre condition quand on est enfant puis conditionnement après conditionnement on s'endort de plus en plus à moins qu'une grande curiosité sue le pourquoi de la vie et/ou des évènements viennent nous secouer de notre torpeur.

    RépondreSupprimer
  6. Il y a deux âges où nous sommes relativement "transparents" et assez proches du "Vrai": c'est la toute petite enfance et...l'extrême vieillesse...
    Nous commençons par la "richesse" inconsciente" et nous terminons, si nous avons bien progressé, si nous nous sommes suffisamment "déconditionnés", par la "richesse consciente", la sagesse...
    La Vie humaine est une grande boucle...
    Entre temps, à l'âge adulte, nous nous égarons plus ou moins sur les chemins de l'ego.

    Nout l'explique bien dans son article intitulé "S'égarer"...

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour cet échange très enrichissant La Licorne.

    RépondreSupprimer
  8. Moment de magie dans la nature! Merci de le partager, de nous permettre d'imaginer aussi cette herbe si verte sous le soleil, dans le regard tendre d'une enfant.

    RépondreSupprimer
  9. Je te comprends tellement bien. C'est cela les moments d'émerveillement, en lien avec la Vie !

    RépondreSupprimer