mardi 5 janvier 2016

TOUT M'APPARTIENT



16 mars 1941 :
Je touche ici un point essentiel.
Quand je trouvais belle une fleur,
j’aurais voulu la presser contre mon cœur ou la manger,
c'était plus difficile avec d'autre beauté naturelle,
mais le sentiment était le même, j'avais une nature
trop sensuelle, trop possessive dirais-je.
Soudain, tout a changé ;
par quelles voies intérieures, je l’ignore,
mais le changement est là…
Et cette rage de possession
– je ne trouve pas de meilleure formulation –
vient brusquement de me quitter.
Mille liens qui m’oppressaient sont rompus,
je respire librement, je me sens forte
et je porte sur toutes choses un regard radieux.
Et puisque, désormais libre,
je ne veux plus rien posséder,
désormais tout m’appartient
et ma richesse intérieure est immense.

Etty Hillesum
"Une vie bouleversée"
.

5 commentaires:

  1. Quelle trajectoire étonnante pour une si jeune femme. Inoubliable Etty !

    RépondreSupprimer
  2. merci pour ce bel extrait !

    RépondreSupprimer
  3. N'est ce pas là "boucler la boucle" : en renonçant, on s'approprie ?...
    Le désir, le sentiment de possession n'est qu'une illusion qui nous entrave au sujet qui nous obnubile...

    RépondreSupprimer
  4. La jouissance et la jubilation !!!

    RépondreSupprimer