dimanche 14 avril 2013

SINISTROSE


Dans cette sinistrose générale
à laquelle on assiste très souvent,
il y a la nostalgie profonde
d’une vie qui serait la vraie vie.
Et cette vraie vie ne serait-elle pas l’immédiateté
avec les êtres et avec les choses,
plutôt que le détournement
par le commentaire d’un autre?

La vie est tellement généreuse.
On ne peut pas passer à côté de l’essentiel.
Nous sommes dans une société qui nous distrait
en permanence de l’essentiel et de nous-même.
Nous sommes “hors” de nous.
Alors que cette richesse qui nous habite
a besoin d’être reflétée dehors
pour que nous reprenions contact avec elle.


A la question “Pourquoi court-on tellement?”
“Parce que nous ne sommes pas mis en relation
avec cette profondeur
par le type d’éducation qui est le nôtre."
.
Christiane Singer
.

4 commentaires:

  1. Ah moi, ça fait un moment que j'ai arrêté de courir ! Chuis posée au bord du monde une pâquerette à la bouche et je regarde tous ces gens s'agiter sans fin... Des fois je panique et je me dis : mon dieu, qu'est-ce que je suis en train de "ne pas" faire de ma vie ?! Et puis je souris, et et je m'étire comme un chat : quelle importance, de toutes façons ? Je n'ai jamais aimé courir.

    RépondreSupprimer
  2. Et en même temps, c'est facile d'arrêter de courir : il suffit de lâcher prise pour ne plus tomber dans les pièges de notre société. C'est finalement pour cela que je vis "pauvre", sans plan et sans avenir ; ma vie je la parcours en conscience, à mon rythme avec mes activités préférées pour chaque heure de la journée.

    RépondreSupprimer
  3. Arrêter de courir... revenir à l'essentiel...
    Un rêve ???
    Ne faudrait-il pas éteindre tous ces écrans aux lumières qui n'éclairent que nos maisons mais nullement nos "intérieurs" et qui ont plutôt le même effet sur nous que les lumières la nuit sur les papillons ?
    A voir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, éteindre de temps en temps..."débrancher"...c'est ce que je viens de faire pendant quelques jours (vacances dans le Sud)...et c'est du bonheur de retrouver le silence, la nature, la "vraie vie"... !
      Bises.

      Supprimer