jeudi 13 octobre 2011

LOIN DE L'ETERNITE

image ici
Il est vrai que ce monde où nous respirons mal
N'inspire plus en nous qu'un dégoût manifeste,
Une envie de s'enfuir sans demander son reste,
Et nous ne lisons plus les titres du journal.
Nous voulons retourner dans l'ancienne demeure
Où nos pères ont vécu sous l'aile d'un archange,
Nous voulons retrouver cette morale étrange
Qui sanctifiait la vie jusqu'à la dernière heure.
Nous voulons quelque chose comme une fidélité,
Comme un enlacement de douces dépendances,
Quelque chose qui dépasse et contienne l'existence ;
Nous ne pouvons plus vivre loin de l'éternité.
.
Michel Houellebecq
.

2 commentaires:

  1. C'est exactement cela.
    Exactement.Le dégoût, le désespoir ambiant, tout y est ressenti, pressenti mais aussi et heureusement une aspiration à "ce quelque chose qui dépasse".
    Ces vers me touchent profondément.
    Merci la Licorne.

    RépondreSupprimer
  2. Bien que je n'adhère pas entièrement à l'univers de Michel Houellebecq, ce poème-là me touche, moi aussi, Leeloo.
    Je ressens, je crois, la même chose que toi...

    RépondreSupprimer